Vous voyez cet objet en preview en tant qu'administrateur du site.

Typologie(s)

maison bourgeoise
maison ou immeuble de rapport

Intervenant(s)

Joseph LANGLETarchitecte1908

Styles

Éclectisme

Inventaire(s)

Ce bien présente l’(es) intérêt(s) suivant(s)

Recherches et rédaction

2010-2012

id

Urban : 20895
voir plus

Description

Ensemble de style éclectique composé de sept maisons bourgeoises et d'une maison de rapport d'angle, conçues par l'architecte Joseph Langlet pour un même propriétaire, 1908. Le même architecte conçoit deux ans auparavant un ensemble analogue, situé en face (voir nos34 à 42 avenue Milcamps).

Les maisons de chaque artère font partie d'une enfilade particulièrement homogène d'immeubles de même style, celle de l'avenue Milcamps débutant au no3, celle de la rue Rasson se terminant au no83.

Façades en briques, rehaussées de pierre bleue, celles des maisons bourgeoises de composition asymétriqueDans l'inventaire, une façade est dite de composition asymétrique lorsqu’elle compte deux travées inégales. À Bruxelles, ce type de façade s’élève souvent sur trois niveaux. La travée principale est d’ordinaire mise en évidence par un ressaut, par un ou plusieurs balcons et par un décor plus élaboré. Les caves, d’ordinaire à demi enterrées, se marquent en façade par un soubassement élevé.. Balcon à garde-corpsOuvrage de clôture qui ferme un balcon, une terrasse, une porte-fenêtre, une gaine d'ascenseur... en fonteFer riche en carbone, moulé pour réaliser des éléments architecturaux comme des garde-corps, des colonnettes, des cache-boulins. Contrairement au fer forgé, la fonte est cassante et résiste mal à la flexion. droit ou galbé, ceux des nos49 et 51 avenue Milcamps remplacés. SoubassementsPartie massive d’un bâtiment construite au sol et constituant l’assise du bâtiment. À Bruxelles, le soubassement est d’ordinaire en pierre bleue. des nos45 et 51 de l'avenue percés ultérieurement d'une porte de garage.

Aux nos43, 51 avenue Milcamps et 77, 79 rue Rasson, façades identiques à travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. à niveaux décalés, en briques blanches, rehaussées de briques grises; celle du no79 aujourd'hui peinte en blanc. Étages bordés, à gauche ou à droite, d'un pilastreÉlément vertical plat en ressaut qui évoque un support (un pilier engagé). Il peut être muni d’une base et d’un chapiteau.. Portes surmontées d'une logette de maçonnerie à toit à trois pans. Corniches du no43 modifiées. Portes des nos43 et 51 et châssisPartie en menuiserie d'une fenêtre. à petits-bois du no79 conservés. HuisserieMenuiseries qui s’ouvrent et se ferment, c’est-à-dire les portes et les fenêtres. Par extension, le terme désigne également les fenêtres à châssis dormants. du no77 remplacée à l'identique.

Aux nos45 et 49 avenue Milcamps, façades identiques, en briques blanches. Portes conservées.

Au no47 avenue Milcamps, façade en briques grises, rehaussée de briques blanches. Travée principaleTravée la plus large de l’élévation, marquée par un ressaut et une décoration plus abondante. Les façades de composition asymétrique comportent d'ordinaire une travée principale. marquée par une logette sous toit à trois pans et un pignon à gradinsPignon dont les rampants sont étagés en escalier, à la manière de gradins., pinacleAmortissement élancé de plan carré ou polygonal. à 45degrés et épi de faîtage. BaieOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. d'imposteUn élément dit en imposte se situe à hauteur du sommet des piédroits. Imposte de menuiserie ou jour d’imposte. Ouverture dans la partie supérieure du dormant d’une menuiserie. de la porte à meneauÉlément vertical de pierre ou de métal divisant une baie.. HuisserieMenuiseries qui s’ouvrent et se ferment, c’est-à-dire les portes et les fenêtres. Par extension, le terme désigne également les fenêtres à châssis dormants. à petits-bois conservée.

Avenue Milcamps 53 et rue Rasson 73, élévation, ACS/Urb. 231-73-75 (1908).

Au no53 avenue Milcamps - 73 rue Rasson, élévation de quatre niveaux rythmée de pilastresÉlément vertical plat en ressaut qui évoque un support (un pilier engagé). Il peut être muni d’une base et d’un chapiteau. aux étages, en briques blanches, rehaussée de briques jaunes. Cinq travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. inégales vers la rue, la troisième à niveaux décalés, et une vers l'avenue, reliées par une travée biaiseTravée d’angle, située de biais, généralement à quarante-cinq degrés, par rapport au reste de l’élévation.. Rez-de-chaussée anciennement commercial, percé de baiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. pour la plupart à linteau métalliquePoutrelle métallique de profil en I, utilisée comme linteau, souvent agrémentée de rosettes en tôle découpée.. ChâssisPartie en menuiserie d'une fenêtre. et porte du magasin remplacés.

Sources

Archives
ACS/Urb. 43, 51 avenue Milcamps et 77, 79 rue Rasson: 231-77-79; 45, 47, 49 avenue Milcamps: 194-49-53; 53 avenue Milcamps - 73 rue Rasson: 231-73-75.