La rue des Hiboux présente un tracé en forme de L. Elle relie le Stuyvenberg à la rue Verheyden. Il s'agissait à l'origine d'un ancien chemin étroit passant au milieu des pâtures. Celui-ci figure vierge de constructions sur l'Atlas communal de 1808, à l'exception de maisons formant l'angle avec l'actuelle rue Verheyden (à proximité des actuels nos 115 à 123). Cette situation reste inchangée jusqu'en 1933, date à laquelle les premiers bâtiments de la rue sont érigés. Ils sont implantés conformément à un plan de redressement et d'élargissement de l'ancien sentier approuvé quelques années plus tard, par l'arrêté royal du 23.03.1936.

La dénomination de la rue est fort ancienne, l'artère est déjà dénommée Uylenstraetje (petite rue des Hiboux) sur l'Atlas communal de 1841.

Le bâti du tronçon le plus long se compose d'habitations modestes datant en majorité des années 1930 et 1950, pour la plupart de petit gabarit. Le second tronçon n'est pas bâti côté pair, à cause du talus de l'ancien chemin de fer. Côté impair, prend place une enfilade de cinq maisons construites entre 1979 et 1993. À l'angle de la rue Verheyden subsiste un petit groupe d'anciennes maisons de village (voir nos 115 à 119).
Voir les biens de ce lieu repris à l'inventaire

Sources

Archives
ACWSP/Urb. alignement 22.