Ancien chemin creux reliant les églises des deux Woluwe, la rue Sombre (Donkerstraat) est une voie très ancienne. Elle figure déjà sur la carte des biens de l'hôpital Saint-Jean (vers 1715). Située à cheval sur les communes de Woluwe-Saint-Lambert et Woluwe-Saint-Pierre, la rue décrit, sur le territoire de cette dernière, un tracé sinueux.

Sur les Atlas communaux de 1808 et 1841, l'artère ne figure bâtie que de trois constructions sur Woluwe-Saint-Pierre. Des murs de deux de celles-ci subsistent probablement encore aux nos 83 et 85, maisons dont le caractère rural a aujourd'hui complètement disparu suite à de multiples transformations et exhaussements.

Entre 1910 et 1930 apparaissent des maisons ouvrières côté impair. Une enfilade de maisons de ce type, les nos 91 à 99, conserve encore son enduit à faux-joints (les nos 97 et 99 sont des maisons jumelles conçues par le géomètre Édouard Van Waeg en 1910). Le no 61 (1928) abritait à l'origine l'habitation et l'atelier du menuisier Guillaume Pélleriaux. Les autres bâtiments de ce côté sont de petits immeubles à appartements bâtis dans la seconde moitié du XXe siècle.

Le bâti dominant côté pair se compose de maisons de type bel étage, bâties dans la seconde moitié des années 1960.

Voir les biens de ce lieu repris à l'inventaire

Sources

Archives
ACWSP/Urb. 61 : 260 (1928) ; 97, 99 : 677 (1910).

Ouvrages
Inventaire visuel de l'architecture industrielle à Bruxelles. Woluwe-Saint-Lambert/Woluwe-Saint-Pierre/Evere, Bruxelles, AAM, 2 vol. 1980-1982, fiche 37.