Courte artère rectiligne tracée selon un axe nord-sud, la rue Robert Thoreau relie la rue François Gay à la rue Julien Vermeersch. Elle est interrompue en son milieu par la rue Martin Lindekens. Elle porte le nom d'un soldat belge mort durant la Grande Guerre.

Le quartier comprenant les rues Robert Thoreau et Julien Vermeersch ainsi que le 2e tronçon de la rue Martin Lindekens concrétise un projet de la famille de Sellier de Moranville et des demoiselles Luig, de créer de nouvelles artères sur leurs terrains, de les lotir à leurs frais et d'en céder ensuite l'assiette à la commune en échange de l'exonération des taxes d'ouverture de voirie. Les négociations des familles avec la commune, entamées vers 1911, semblent conclues par un accord vers 1914. L'aménagement des voiries est exécuté vers 1921 par l'entrepreneur Victor Herman.

Toutes les constructions de la rue voient le jour durant l'entre-deux-guerres, hormis le vaste immeuble à appartements du no 11-13-15 (1975). Ce bâti consiste en des maisons mitoyennes teintées d'Art Déco ainsi qu'en des villas isolées, certaines d'inspiration Renaissance.
Voir les biens de ce lieu repris à l'inventaire

Sources

Archives
ACWSP/TP 8749.