Cette courte rue rectiligne relie la rue Kelle à la rue David Van Bever. Elle porte le nom d'un soldat belge, mort au champ d'honneur en 1914.

L'histoire de cette rue est liée à l'installation de l'usine Tackels en 1908 –«fabrique de plaques, papiers et produits pour la photographie». Un long bâtiment industriel en briques est alors implanté perpendiculairement au chemin n°23 (actuelle rue David Van Bever). Cette usine s'étirait à l'emplacement des bâtiments du côté impair de la rue. Sa partie centrale était surmontée de l'habitation du propriétaire, l'industriel Pierre Tackels, donnant rue Pierre Delacroix (voir rue Pierre Delacroix n°6-10).

Rue Rémi Fraeyman 21 à 13 (photo 2007).

Lorsqu'elle ferme ses portes au terme d'une quinzaine d'années d'activité, l'usine est rachetée par le promoteur immobilier Laurent Crombé qui, en 1923, transforme l'extrémité Est de l'usine en trois maisons unifamiliales. En 1925, la Commune lui accorde un permis pour la construction, d'après les plans de l'architecte C. Blantrix (?), de l'ensemble formé par l'immeuble de rapport sis rue Kelle no67-69 et les maisons attenantes nos1 à 11 de la rue R. Fraeyman. Le permis de bâtir porte également sur la construction d'une enfilade de sept maisons rue Kelle, nos92 à 102-104 (voir la notice de cette rue). Un peu plus tôt, L. Crombé transforma l'ancienne conciergerie et l'extrémité gauche du pavillon d'entrée de l'usine Tackels en deux maisons individuelles (voir rue David Van Bever nos27, 29). En 1923, Laurent Crombé fait également construire un ensemble de sept maisons identiques de type ouvrier (no23 au no31).

Projet non réalisé pour la construction de 7 maisons d'habitation, élévations et plan, ACWSP/Urb. 519 (1923).

Lors de l'opération immobilière de 1925, L. Crombé sollicite la Commune pour élargir et prolonger le chemin longeant l'usine, qui correspond aux zones de recul du côté impair. Une véritable rue est alors aménagée; l'arrêté royal entérine définitivement sa création le 06.11.1931.

Plan pour l'élargissement de la rue Rémi Fraeyman joint à l'AR du 06.11.1931, ACWSP/Urb. alignements 14 R. Fraeyman.

Entretemps, l'entrepreneur Henri Flamand acquiert le reste des bâtiments de l'ancienne usine (voir rue Pierre Delacroix n°6-10) qu'il transforme, en 1928 en maison unifamiliales (actuels nos13, 15 et 17-19-21). En dépit des diverses transformations subies au fil des ans, ces maisons ont conservé la sobre façade rythmée de pilastres de l'usine.

À partir de 1928, le côté pair se borde de maisons et d'immeubles de rapport Art Déco de deux ou trois niveaux, réalisés par l'entrepreneur Félicien Flamand, fils d'Henri Flamand; nos6, 8 et 10). Les autres parcelles sont occupées entre 1931 et 1932. Le bâti du côté pair est relativement homogène: outre le fait que les habitations soient contemporaines, elles sont également construites dans les mêmes matériaux: la brique, apparente ou enduite, parfois rehaussée de simili-pierre. En 1931, le menuisier-entrepreneur Louis Straetmans, transforme en habitation un ancien atelier de 1928 (no14) et fait construire le no16 pour son fils.
Voir les biens de ce lieu repris à l'inventaire

Sources

Archives
ACWSP/Urb. alignement 14 R. Fraeyman.
ACB, WSP, division 3, section C, feuillet 4, croquis d'arpentage 31 (1908), croquis d'arpentage 45 (1923), croquis d'arpentage 55 (1924).
ACWSP/Urb. 1-11 et rue Kelle 67-69: 4 (1925); 6: 35 (1928); 8, 10: 339 (1928); 14: 224 (1928), 53 (1931); 16: 54 (1931); 23-31; 473 (1908), 519 (1923).