Voir les biens de ce lieu repris à l'inventaireLa rue Paul Wemaere est une courte artère composée de deux tronçons rectilignes reliés suivant un angle obtus. Elle prolonge la rue René Declercq jusqu'à l'avenue de Tervueren. Depuis 1922, la rue porte le nom d'un soldat ayant habité la commune, mort durant la Première Guerre mondiale.

Bien qu'adjacente à trois rues de l'ancien village de Woluwe-Saint-Pierre (les rues Louis Titeca, Jean Wellens et René Declercq), la rue Paul Wemaere, contrairement à ses voisines, ne figure ni sur l'Atlas communal de 1808, ni sur celui de 1841. Elle ne constitue donc pas une section de l'antique Dieweg, comme l'avance pourtant FALKENBACK, P., 1992, p. 105. Sa création est à situer durant la seconde moitié du XIXe siècle. Avant la réalisation de l'avenue de Tervueren en 1897, l'artère formait avec l'actuelle rue du Bemel, située dans son prolongement, un seul chemin dénommé chaussée du Bemel. Sous l'impulsion de la création de l'avenue, la rue est élargie et redressée sur base d'un plan approuvé par le Conseil communal le 25.03.1898. Avant 1922, elle portait le nom de rue de l'Église, tout comme les rues René Declercq et Félix Poels, situées dans son prolongement.

Le bâti de la rue est principalement érigé dans les années 1900. La plupart des maisons comptent deux niveaux. La rue étant autrefois très commerçante, une grande partie des constructions présentent un r.d.ch. commercial et une habitation à l'étage, auxquels correspondent souvent deux portes distinctes. La plupart des r.d.ch. ont fait l'objet de transformations au cours du temps. L'essentiel des constructions consiste en de petites maisons ouvrières à façade à décor enduit caractéristique ou à jeu de briques de couleurs. Certaines abritaient des commerces que l'on peut imaginer particulièrement modestes puisqu'ils n'occupaient que la pièce à rue du r.d.ch. Plusieurs maisons présentent une porte cochère permettant l'accès à un entrepôt ou à une manufacture modeste. Le no 51 est une ancienne petite ferme, dont le r.d.ch. a été ultérieurement transformé en commerce.

La rue compte également quelques habitations bourgeoises à façade à jeu de briques de couleurs, des maisons plus cossues n'atteignant pas pour autant le standing de celles qui s'élevaient non loin de là, avenue de Tervueren. Les angles formés avec cette dernière sont occupés par de hauts immeubles modernes, remplaçant deux cafés-restaurants des années 1900 : Le Chien Vert et la Laiterie de Woluwe (voir avenue de Tervueren nos 300 et 306).

Sources

Archives
ACWSP/SP carte postale inv. 333.
ACWSP/Urb. alignement 1 Paul Wemaere.
Fonds cartes postales Dexia Banque.

Ouvrages
FALKENBACK, P., Historique de Woluwe-Saint-Pierre, Administration Communale de Woluwe-Saint-Pierre, 1992, pp. 97-98.