À cheval sur la frontière communale, la rue Arthur André se situe dans le prolongement de deux artères : au sud, la rue Jean-Baptiste Verheyden et, au nord, l'avenue de l'Idéal. Elle débute à hauteur de l'ancienne voie de chemin de fer Bruxelles-Tervueren, croise l'avenue de la Perspective puis l'avenue du Site, sur Woluwe-Saint-Lambert, pour aboutir à une placette au carrefour des avenues de Witthem, de l'Idéal et de la Fleur de Blé.

La rue est tracée, tout comme les deux artères qui la prolongent, sur l'assiette d'un ancien chemin de campagne qui bordait, à l'est, le lieu-dit de la Montagne aux Sols ou Stuyvenberg. Sur l'Atlas communal de 1808, il porte le nom de « chemin de la Montagne aux Sols » et, sur celui de 1841, de « chemin no 17 ».

Après la Grande Guerre, la portion du chemin correspondant à l'artère actuelle est baptisée rue Arthur André, en hommage à un soldat victime du conflit (FALKENBACK, P., 1992, p. 76).

À hauteur de la ligne ferroviaire Bruxelles-Tervueren, inaugurée en 1882, le chemin décrivait une courbe vers l'est. C'est au creux de celle-ci qu'était aménagée la halte Kapelleveld, point d'arrêt créé sur la ligne ferroviaire suite à l'aménagement, dans les années 1920, de la cité-jardin du Kapelleveld. Dans les années 1970, le croisement de la rue Arthur André avec la ligne ferroviaire, alors déferrée, est réaménagé.

Sur le plan d'ensemble dessiné par l'architecte-urbaniste Louis Van der Swaelmen et réalisé de 1922 à 1926 pour la Société coopérative « La Cité-Jardin du Kapelleveld », la rue Arthur André est projetée redressée, mais non bâtie. Son élargissement et son redressement ne sont décrétés qu'une dizaine d'années plus tard, par arrêté royal du 14.11.1935, en même temps que ceux des avenues de la Perspective et de l'Idéal.

Les maisons bâties au nord de la rue sont toutes dessinées par l'architecte Paul Posno pour la Société coopérative Kapelleveld. Il s'agit de maisons jumelées par deux ou quatre, identiques à celles que l'on trouve dans les avenues voisines : l'avenue Pierre Vander Biest et l'avenue de Witthem. Les nos 59 à 77 voient le jour vers 1968-1969 et les nos 79 et 81 vers 1951.

Les maisons situées au sud de la rue sont bâties sur initiative privée. Ce sont en majorité des villas conçues des années 1940 aux années 1970. Seules deux constructions, aujourd'hui fort transformées, sont antérieures à l'alignement de la rue : le no 37-39 (1904) et le no 33 (1921).
Voir les biens de ce lieu repris à l'inventaire

Sources

Archives
ACWSP/Urb. alignement 20.
ACWSP/Urb. 33 : 85 (1921) ; 37-39 : 213 (1904) ; 79, 81 : 158 (1951) ; 59 à 77 : 190 (1969), 318 (1968).
ACWSP/TP 8835
AR 14.11.1935