Voir les biens de ce lieu repris à l'inventaire
Située dans le prolongement de la Grande rue au Bois, la rue Victor Hugo est une longue artère reliant la chaussée de Louvain à l'avenue de Roodebeek. Elle croise successivement la rue du Radium, les avenues Léon Mahillon, Milcamps et Émile Max, Eugène Plasky, de l'Opale et enfin Adolphe Lacomblé.

La rue est créée en deux phases. Ses deux premiers tiers, entre la chaussée de Louvain et l'avenue Eugène Plasky (ancienne avenue de Cortenberg), sont décrétés par l'arrêté royal du 09.06.1875 et baptisés rue d'Artevelde. Ce sont des particuliers, les propriétaires des terrains situés à cet endroit, qui obtiennent de la Commune la concession d'ouverture de cette nouvelle artère de quatorze mètres de large.

La prolongation de la rue d'Artelvelde jusqu'à l'avenue de Roodebeek est prévue dans le plan de voiries du quartier de Linthout, dressé en 1903-1904 par l'ingénieur communal des Travaux Octave Houssa et approuvé par l'arrêté royal du 24.06.1904 puis définitivement par celui du 21.04.1906, en même temps que ceux des trois autres nouveaux quartiers de Schaerbeek – Monrose, de la Vallée Josaphat et Monplaisir-Helmet. Les deux nouveaux tronçons sont ouverts entre 1909 et 1911. Sur le plan de 1903 était envisagée, dans l'angle formé avec la chaussée de Louvain, une vaste «place en panorama» (ACS/Bulletin communal, p. 238), dont la réalisation, jugée trop coûteuse, fut finalement abandonnée.

Prolongation de la future rue Victor Hugo jusqu’à l’avenue de Roodebeek, détail du [i]Plan des transformations de la commune de Schaerbeek[/i], O. HOUSSA, 1903 (Maison des Arts de Schaerbeek/fonds local).

En séance du Collège communal du 18.09.1906, la dénomination rue d'Artevelde est remplacée par celle de rue Octave Houssa, en l'honneur de l'ingénieur communal. L'artère est finalement rebaptisée rue Victor Hugo en 1910.

Peu de maisons sont construites dans la rue à la fin du XIXesiècle. Les plus anciennes qui subsistent sont les nos13 (1885) et 5 (1894). Aux nos25 à 33, une enfilade bâtie à la fin des années 1870 a dû laisser la place à la fin des années 1930 à l'actuelle école primaire et maternelle Notre-Dame de la Paix, conçue par l'architecte Paul Dhaeyer (no5-7 rue du Radium).

Les quatre premiers tronçons de l'artère se bâtissent entre 1900 et 1914. Il s'agit de bâtiments d'inspiration néoclassique ou de style éclectique, maisons bourgeoises – tels les nos64 (architecte Louis Ghysens, 1908) et 138 (architecte Antoine Aulbur, 1905) – ou immeubles de rapport – tel le no177-179 (1912). Certains sont dotés d'un atelier arrière, comme le no56-58 (1906), ou d'un rez-de-chaussée commercial, à l'instar des nos1-3 (1905) et 81 (1909), tous deux à devanture Art nouveau.

En 1899, le Foyer Schaerbeekois acquiert une bande de terrain de 240mètres de long du côté impair de la rue, s'étirant approximativement du no53-55 au no119 et englobant les nos30-32 à 40-42, ainsi que 57-59 à 63-65 avenue Léon Mahillon. Fondée en février de cette année-là sur initiative communale, cette Société anonyme pour la Construction d'Habitations ouvrières entreprend l'édification à Schaerbeek de deux types de logements, des maisons pour un à trois ménages destinés à la vente, ainsi que des immeubles à logements multiples pour la location.

Rue Victor Hugo 117 à 105 (photo 2011).

Plusieurs parcelles du terrain acquis rue Victor Hugo et avenue Léon Mahillon sont rapidement revendues; les autres seront édifiées en deux phases. Fin 1899 déjà, l'architecte Henri Jacobs, désigné au terme d'un concours, dessine deux immeubles de rapport Art nouveau aux nos53-55 et 57-59, destinés à un total de seize ménages (voir ces numéros). En 1900 sont ensuite conçues, aux nos105 à 117, sept maisons modestes à deux niveaux pour un ou deux ménages. En 1901, Jacobs conçoit aux nos67, 69 et 87, 89 quatre maisons de style éclectique à trois niveaux pour trois ménages chacune. En 1902 sont ensuite construits, aux nos30-32 et 57-59 avenue Léon Mahillon, deux immeubles de rapport à double entrée abritant chacun huit appartements. Enfin, en 1922, la société anonyme fait encore bâtir, aux nos63 et 65, deux immeubles de rapport totalisant seize logements (voir ces numéros).

Rue Victor Hugo 69 et 67 (photo 2011).

En 1967-1968, le Groupe Structures élabore pour le Foyer un projet de démolition de l'ensemble des logements sociaux de la rue Victor Hugo et de l'avenue Léon Mahillon. Seuls les nos87, 89 de la rue et 57-59 de l'avenue, implantés sur une même parcelle en L, seront toutefois démolis et remplacés par deux immeubles à appartements similaires. Les autres bâtiments seront finalement rénovés en 2011 (architecte Michel Henrard).

Les deux derniers tronçons de la rue sont essentiellement bâtis entre 1922 et 1936, de maisons et immeubles à appartements teintés de Beaux-Arts, d'Art Déco ou de modernisme. De style Art Déco, citons une originale maison de 1930 (voir no166), ainsi qu'un immeuble à appartements conçu en 1933 par les architectes J.Lefèvre et A.Lestreman (no211). Quant au modernisme, il est illustré par un imposant immeuble d'angle dessiné vers 1936 (no200). Entre 1955 et 1968, plusieurs immeubles à appartements complètent le bâti de l'entre-deux-guerres. Pointons également, au no195, une maison moderniste de type bel-étage (architecte Pierre Nassaux, 1957).

L'artère est marquée par plusieurs enfilades de bâtiments particulièrement cohérentes, tels les nos43 à 65 (voir ces numéros) ou encore deux ensembles formés par les nos182 à 188 et avenue de l'Opale 56 à 60 (architecte E.Claesens, 1927-1929), ainsi que les nos190, 192 et avenue de l'Opale 49 à 55 (architecte Maurice Van Isacker, entre 1928 et 1934).

Rue Victor Hugo 182 à 188 et avenue de l’Opale 56 à 60 (photo 2011).

Au no147-155 se dresse l'église Saint-Albert, dessinée en 1928-1929 par l'architecte Edmond Serneels (voir ce numéro). Elle remplace une église provisoire, conçue en 1909 par l'architecte Victor Moreau pour l'Union catholique Saint-Albert au no106-108 de la rue. Il s'agissait d'un édifice néogothique à façade-pignon flanquée d'un bas-côté percé d'un triplet. En 1910 s'y accole, au no110, une cure à façade de style éclectique et de composition asymétrique conçue par le même architecte. En 1922, l'Union catholique fait bâtir un cercle ouvrier de l'autre côté de l'église provisoire (voir no96-98). Suite à l'édification de l'église définitive, cette dernière est démolie peu avant 1935, à l'exception d'une section côté rue de son bas-côté. En 1972, l'Union fait bâtir à son emplacement, l'actuel no100, un bâtiment scolaire (architecte Frans Stiphout), lui-même transformé et agrandi en 1984 (bureau d'architecture Atlante, architectes O. De Mot et J.-F. Lehembre). À cette occasion, le no110 est agrandi de deux travées dans le même style, au-dessus du vestige susdit de l'église. Les nos100 et 110 abritent aujourd'hui le Collège Roi Baudouin.

Sources

Archives
ACS/Urb. 1-3: 278-1-3; 5: 278-3; 13: 278-13; 56-58: 278-56-58; 64: 278-64; 67, 69: 278-67-69; 81: 278-81; 87-89: 278-87-89; 100, 110: 278-100-110; 105 à 117: 278-105-117; 138: 278-138; 177-179: 88-54; 182: 278-184; 184: 278-186; 188: 202-54; 190: 278-190; 192: 278-192; 195: 278-195; 200: 278-200; 211: 278-211; 5-7 rue du Radium: 278-33.
ACS/TP 278.
ACS/TP Dénomination des rues I.
ACS/TP Infrastructure 172, 229.
ACS/Bulletin communal de Schaerbeek, 1875, pp. 11-12; 1900, pp. 30-31; 1904, pp. 237-238, 252; 1905, pp. 399-401.
Maison des Arts de Schaerbeek/fonds local.

Ouvrages
BERTRAND, L., Schaerbeek depuis cinquante ans. 1860-1910, Librairie de l'Agence Dechenne, Bruxelles, 1912, p. 59.
DENHAENE, G., CHAPEL, Ch., HOFLACK, M., Le Foyer Schaerbeekois. 100 ans, La Fonderie, Bruxelles, 1999.
FISCHER, F., Notice sur les grands travaux de Schaerbeek (Premier Congrès international et Exposition comparée des Villes), Bruxelles, Imprimerie Ferdinand Denis, 1913, p. 8 in: Bulletin communal de Schaerbeek, 1913, p. 438.
Le Foyer Schaerbeekois. Société Anonyme pour la Construction d'Habitations ouvrières. Historique, 2e édition, Imprimerie V.Gielen, Schaerbeek, 1913.
Le Foyer Schaerbeekois. Société anonyme pour la Construction d'Habitations à Bon Marché. XXVme anniversaire, Bruxelles, [1924].

Cartes / plans
HOUSSA, O., Plan des transformations de la commune de Schaerbeek, 1903 (Maison des Arts de Schaerbeek).
HOUSSA, O., Plan no2. Commune de Schaerbeek. Quartier de Linthout. Projet d'avenues et rues nouvelles, 26.09.1904 (ACS/TP).