Typologie(s)

atelier (artisanat)
hôtel particulier
imprimerie

Intervenant(s)

J.E. & Z. COUCKE(maître) verrier1909

INCONNU - ONBEKEND1830-1850

Styles

Néoclassicisme

Inventaire(s)

  • Actualisation de l'inventaire d'urgence (Sint-Lukasarchief - 1993-1994)
  • Inventaire de l'architecture industrielle (AAM - 1980-1982)
  • Actualisation du projet d'inventaire régional du patrimoine architectural (DMS-DML - 1995-1998)
  • Inventaire d'urgence du patrimoine architectural de l'agglomération bruxelloise (Sint-Lukasarchief 1979)
  • Le patrimoine monumental de la Belgique. Saint-Josse-ten-Noode (DMS-DML - 1994-1997)

Ce bien présente l’(es) intérêt(s) suivant(s)

  • Artistique
  • Esthétique
  • Historique
  • Scientifique
  • Technique
  • Urbanistique

Recherches et rédaction

1993-1995

id

Urban : 10834
voir plus

Description

Hôtel de maître d'inspiration néoclassique, construit dans les années 1840 et abritant dès 1850 la maison Goemaere, «Éditeur Imprimeur du Roi».

Trois niveaux et cinq travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. sous corniche à denticules et modillonsÉléments décoratifs de forme quelconque, répétés sous une corniche. cannelés, regroupés par deux ou par trois. Façade enduite et peinte sur socleMassif surélevant un support ou une statue. en pierre bleue percé de joursOuverture vitrée dans une menuiserie ou baie de petite dimension. de cave. R.d.ch. à bossages séparé des étages par un bandeauÉlément horizontal, soit en saillie et de section rectangulaire, soit dans le plan de la façade. en pierre bleue. La travée1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. centrale marquée au r.d.ch. par une fenêtre plus large et au 1e étage par un balcon sur consolesPièce de pierre, de bois ou de métal partiellement engagée dans un mur et portant un élément en surplomb. La console se distingue du corbeau par ses dimensions plus grandes et par le fait qu’elle s’inscrit grosso modo dans un triangle rectangle. La console désigne également des éléments non porteurs, mais apparentés d’un point de vue formel à une console. avec balustradeGarde-corps composé de balustres, c’est-à-dire de petits supports en répétition, généralement profilés et de section circulaire. en pierre. La porte-fenêtre ouvrant sur ce balcon est surmontée d'une corniche en pierre bleue à mutulesModillons de l’ordre dorique. Éléments décoratifs en forme de dé assez plat, répétés sous une corniche. se distinguant de celles des autres travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. par deux modillonsÉléments décoratifs de forme quelconque, répétés sous une corniche. cannelés dans le même matériau. BaiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. rect. à encadrement mouluré aux étages, harpé au r.d.ch. AllègesPartie de mur située sous l’appui de fenêtre. La table d’allège est une table située sous l’appui de fenêtre. décorées de tablesPetite surface plane décorative, carrée ou rectangulaire. En menuiserie, on utilisera plus volontiers le terme panneau. rentrantes au 1er, de glyphes au 2e. Entrée cochère en anse de panierUn élément est dit en anse de panier lorsqu’il est cintré en demi-ovale. avec chambranle à clefClaveau central d’un arc ou d’une plate-bande. Il s’agit d’un élément architectonique. Le terme s'utilise également pour des éléments purement décoratifs qui évoquent une clef à rôle structurel. et chasse-roues en pierre bleue. ChâssisPartie en menuiserie d'une fenêtre. et porte à deux vantauxLe mot vantail désigne le battant d’une porte ou d’une fenêtre. en bois d'origine. Chaque vantailLe mot vantail désigne le battant d’une porte ou d’une fenêtre. comprend un panneau vitré garni d'une grille en fer forgéFer façonné à chaud sur l’enclume, utilisé pour réaliser des éléments architecturaux comme des garde-corps, des ancres, des grilles, des épis de faîtage. et surmonté d'une corniche sur modillonsÉléments décoratifs de forme quelconque, répétés sous une corniche.. Poignées en laiton à gueule de dragon. BaieOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. d'imposteUn élément dit en imposte se situe à hauteur du sommet des piédroits. Imposte de menuiserie ou jour d’imposte. Ouverture dans la partie supérieure du dormant d’une menuiserie. vitrée.

Un passage couvert voûté en berceau donne accès aux ateliers par une 2e porte cochère vitrée. L'entrée des bureaux se fait par une porte latérale, également vitrée - verres gravés - à deux vantauxLe mot vantail désigne le battant d’une porte ou d’une fenêtre.. MenuiserieÉléments de bois relevant de l’art du menuisier. Pour une façade, le mot peut désigner les portes, les châssis, les éventuelles logettes et la corniche. Par extension, le terme désigne également l'huisserie métallique et en PVC. et chambranle en bois vernis, poignées en laiton. Deux appliques en laiton à corps de griffon supportant des globes de verre sont disposées de part et d'autre de cette porte. Au-dessus de la plintheAssise inférieure d’un soubassement ou soubassement de hauteur particulièrement réduite., les murs du passage sont marqués de panneaux et de pilastresÉlément vertical plat en ressaut qui évoque un support (un pilier engagé). Il peut être muni d’une base et d’un chapiteau. portant des arcsStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. doubleaux. Par une autre porte vitrée à deux vantauxLe mot vantail désigne le battant d’une porte ou d’une fenêtre. dont l'imposteUn élément dit en imposte se situe à hauteur du sommet des piédroits. Imposte de menuiserie ou jour d’imposte. Ouverture dans la partie supérieure du dormant d’une menuiserie. porte gravées dans le verre les initiales du fondateur de l'imprimerie «J G», l'on accède à un hall d'où part l'escalier menant aux étages. La ferronnerieÉléments en fer d’une construction, qu’ils soient en fer forgé, en fonte ou dans un autre matériau ferreux. à volutesOrnement enroulé en spirale que l’on trouve notamment sur les chapiteaux ioniques, les consoles, les ailerons, etc. et motifs végétaux de la rampe d'appuiAppui de fenêtre. Élément d’ordinaire en pierre, limitant une baie vers le bas., ainsi que la lanterne qui en constitue le départ sont d'inspiration Art nouveauStyle Art nouveau (de 1893 à 1914 environ). Mouvement international, avec de fortes variantes locales, né en réaction aux styles « néo ». En Belgique, ce courant connaît deux tendances : d’un côté, sous l’égide de Victor Horta, l'Art nouveau « floral », aux lignes organiques ; de l’autre, l'Art nouveau géométrique, influencé par l'art de Paul Hankar ou la Sécession viennoise.. Elles contrastent avec deux colonnes ioniques et les moulures classiques du plafond. Un vitrail signé et daté «J.E. & Z. COUCKE/ Peintres Verriers/1909 BRUGES» orne la cage d'escalierEspace à l'intérieur duquel se développe un escalier. au niveau du 1er repos. Il représente l'un des imprimeurs enfant, habillé en page. Au ler étage, cheminées en marbre et boiseries d'origine. L'atelier présente encore sa charpente d'origine, ainsi que certains éléments de l'outillage ancien.