Typologie(s)

maison d’habitation

Intervenant(s)

Styles

Néoclassicisme

Inventaire(s)

  • Actualisation de l'inventaire d'urgence (Sint-Lukasarchief - 1993-1994)
  • Actualisation du projet d'inventaire régional du patrimoine architectural (DMS-DML - 1995-1998)
  • Le patrimoine monumental de la Belgique. Saint-Josse-ten-Noode (DMS-DML - 1994-1997)

Recherches et rédaction

1993-1995

id

Urban : 10315
voir plus

Description

Maisons de tradition néoclassique construites en 1837 faisant à l'origine partie d'un ensemble de quatre maisons identiques (incluant les n°s 35 et 39 dont les façades ont été cimentées et les percements modifiés).

Élévations de trois niveaux de hauteur dégressive et trois travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. chacune. Façades enduites et peintes sur plinthesAssise inférieure d’un soubassement ou soubassement de hauteur particulièrement réduite. de pierre bleue, organisées en registresAlignement horizontal de baies sur un pignon., horizontalement soulignés par des bandeauxÉlément horizontal, soit en saillie et de section rectangulaire, soit dans le plan de la façade. profilés. Portes et fenêtres rect. ou bombées, excepté celles du bel étage qui attestent une influence EmpireStyle Empire (de 1800 à 1850 environ). Tendance particulière du néoclassicisme caractérisée par un décor d’inspiration archéologique (palmettes, sphinx, griffons, etc.), issu de l’Antiquité grecque, romaine ou égyptienne., e.a. par la présence de baiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. cintrées sur montants à impostesUn élément dit en imposte se situe à hauteur du sommet des piédroits. Imposte de menuiserie ou jour d’imposte. Ouverture dans la partie supérieure du dormant d’une menuiserie. continues, la majorité des baiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. garnies de barres d'appuiPetit garde-corps de faible hauteur et non saillant, compris dans l’embrasure d’une fenêtre. caractéristiques.

Le no 33 conserve des contrevents au r.d.ch, un cordonCorps de moulure horizontal, à rôle purement décoratif, situé sur une partie quelconque d’une composition. d'architraveMoulure inférieure de l’entablement, située sous la frise. à fasces et une friseBande horizontale, décorée ou non, située au milieu de l’entablement. Par extension, suite d’ornements en bande horizontale. de cache-boulins à tête de lion sous la corniche simplement denticulée qui borde la bâtièreToit à deux versants..
Le no 37 a subi des transformations intérieures, le placement d'une logette en 1927 d'après les plans de l'arch. V. EGO, l'aménagement d'une mansarde dans la toiture. La corniche simple en bois est soulignée par une friseBande horizontale, décorée ou non, située au milieu de l’entablement. Par extension, suite d’ornements en bande horizontale. de cache-boulins discoïdes.

Sources

Archives
ACSJ/Urb/TP 10325, 10403 (1927).

Arbres remarquables à proximité