La rue de la Poste est une longue artère qui relie la rue Botanique, à Saint-Josse-ten-Noode, à la place Lehon, à Schaerbeek. À partir des nos87 et 80, les immeubles se situent sur le territoire de cette dernière commune. La rue croise de nombreuses artères sur son parcours, dont les rues des Palais et Rogier.

La rue de la Poste est établie sur l'assise d'un ancien chemin, remontant probablement à l'époque romaine, qui porta le nom de Zavelweg puis de chemin de la Poste. Il débutait à Bruxelles et bifurquait vers l'ouest à hauteur de l'actuelle rue De Locht, pour rejoindre la rue Verte, qui deviendra à cet endroit la rue Gallait. Avant 1835, le chemin de la Poste est transformé en une rue jusque peu après la rue Rogier. En 1858, la rue de la Poste apparaît tracée jusqu'au-delà de la rue de la Marne. Un tronçon non redressé subsiste toutefois entre les rues des Palais et de la Constitution. Il traversait l'extrémité ouest de la propriété de la famille Eenens (voir chaussée de Haecht no147), avec qui la Commune tentait depuis 1837 de trouver un accord sur la cession du terrain nécessaire au tracé de la rue. L'alignement du tronçon en question est finalement décrété par l'arrêté royal du 29.05.1863. C'est en vertu de celui du 23.10.1871 que la rue de la Poste est prolongée jusqu'à la rue Vandermeersch, avant d'être amputée de quelques mètres par la création de la place Lehon l'année suivante. Des travaux d'aménagement sont effectués dans l'artère tout au long des années 1860 et 1870. Du fait de son percement sur plusieurs décennies, la rue de la Poste présente des largeurs variables – de l'ordre de huit mètres avant la rue des Palais, dix après celle-ci et même onze au-delà de la rue Vandeweyer – ainsi que des tronçons formant par endroits de légers coudes à leur raccordement.

Sur Schaerbeek, les deux premiers tronçons de la rue sont bâtis de quelques constructions avant 1835, dont ne subsiste rien aujourd'hui. Dans les années 1840 et 1850, la rue se couvre, jusqu'au-delà de la rue de la Marne, de plusieurs habitations de style néoclassique. Parmi elles, les nos87 et 89 – qui forment une enfilade cohérente avec les nos91 à 99 (voir ces numéros) –, 105, 183 à 187, ainsi que 214. Notons qu'en 1874 ou 1875, le no87 devient le domicile du peintre Ernest Blanc-Garin, qui y fait bâtir un atelier arrière, doublé d'un second en 1883, sur une parcelle s'étendant à l'arrière du no89, jusqu'au no3 de la Petite rue des Secours.

Rue de la Poste 87, domicile du peintre Ernest Blanc-Garin, plan de la parcelle avec agrandissements, ACS/Urb. 217-87 (1883).

Avant 1876, la rue est presque entièrement bâtie de maisons de style néoclassique, comme le no265 ou l'enfilade formée par les nos231 à 239, érigée avant 1871 (voir nos233 et 235). Quelques parcelles restées vierges sont bâties dans les années 1880, tels les nos246 et 248, et 1890, comme le dernier tronçon de la rue côté pair, dont les parcelles font l'objet d'une vente publique en 1896: les nos270 à 274 sont érigés pour l'entrepreneur Camille Simoens, les nos276 et 278 pour le géomètre-expert J. Matheussens. Enfin, citons, au no115, un hôtel particulier de 1908, aujourd'hui transformé.

Par ailleurs, la rue compte ou a compté différentes institutions. Parmi elles, le Couvent des Sœurs du Pauvre Enfant Jésus, aujourd'hui une école (voir no91-93), ainsi qu'un établissement scolaire établi à partir de 1882-1883 et reconstruit en 1906 pour le Patronage Sainte-Marie (voir no156). Pointons également trois institutions dont les bâtiments ont été démolis ou profondément transformés. Dans l'îlot triangulaire formé avec la place de la Reine, s'étendait l'ancienne École moyenne de demoiselles, établie en 1865 dans les bâtiments d'une fonderie de bronze antérieure à 1830 et qui, en 1909, laissera la place à une enfilade de maisons cossues côté rue des Palais. À l'angle de cette dernière côté impair, se dressait dès avant 1836 l'Hospice des Sourds et Muets, rebaptisé Pensionnat Saint-Louis et Institut des Sourds-muets et aveugles puis Institut Sainte-Marie, et qui disparut en 1908. Enfin, au no109-111, se trouvaient le couvent et l'église des Sœurs de Marie, érigés avant 1858 et repris par les Dames de la Visitation avant 1867, profondément transformé en 1930 et dont la partie droite a cédé la place à un immeuble de bureaux en 1962.

Voir les biens de ce lieu repris à l'inventaire

Sources

Archives
ACS/Urb. 87: 217-87; 109-111: 217-19-11; 115: 217-115; 270 à 274: 217-270-272-274; 276, 278: 217-276-278.
ACS/TP 217.
ACS/TP Infrastructure 24, 28.
ACS/Bulletin communal de Schaerbeek, 1861, pp. 101-102; 1862, pp. 16-19.
ACS/Bulletin communal de Schaerbeek, Rapport sur la situation et l'administration des affaires de la commune pendant l'exercice 1864-1865, pp. 343-344.
ACS/Bulletin communal de Schaerbeek, Rapport sur la situation et l'administration des affaires de la commune pendant l'exercice 1865-1866, p. 47.
ACS/Bulletin communal de Schaerbeek, Rapport sur la situation et l'administration des affaires de la commune pendant l'exercice 1866-1867, p. 266.
ACS/Bulletin communal de Schaerbeek, Rapport sur la situation et l'administration des affaires de la commune pendant l'exercice 1876-1877, p. 42.
 
Ouvrages
DE SAEGHER, E., BARTHOLEYNS, E., Histoire populaire de Schaerbeek, Henri Mommens imprimeur-éditeur, Schaerbeek, 1887, p. 84.
VAN BEMMEL, E., Histoire de Saint-Josse-ten-Noode et de Schaerbeek, éditeur E. Van Bemmel, Saint-Josse-ten-Noode, 1869, p. 205.
 
Périodiques
MERTENS, A., ROZEZ, «Poste (rue de la)», Annuaire du Commerce et de l'Industrie de Belgique, Province de Brabant, Bruxelles et sa banlieue, Bruxelles, Établissements généraux d'imprimerie, 1873, 1875, 1907, 1908.

Cartes / plans
DE DEVENTER, J., Plan de Schaerbeek et de Saint-Josse-ten-Noode, 1550-1565.
FERRARIS, J. J. F., Carte de Cabinet des Pays-Bas autrichiens et de la Principauté de Liège, 1777.
DE CRAAN, W. B., Plan géométrique de la Ville de Bruxelles, 1835.
VANDERMAELEN, Ph., Plan parcellaire de la commune de Schaerbeek avec les mutations jusqu'en 1836.
POPP, P. C., Atlas du Royaume de Belgique, plan parcellaire de la commune de Schaerbeek, vers 1858.
BESME, V., Plan parcellaire des environs de Bruxelles, Saint-Josse-ten-Noode et Schaerbeek, 1867.
Plan de la commune de Schaerbeek 1876, Institut géographique national.
Bruxelles et ses environs, Institut cartographique militaire, 1881.
Bruxelles et ses environs, Institut cartographique militaire, 1893.