Typologie(s)

hôtel particulier
établissement scolaire

Intervenant(s)

Jean BAESarchitecte1882

Julien DILLENSsculpteur1882

Octave VAN RYSSELBERGHEarchitecte1882

Statut juridique

Classé depuis le 19 janvier 1995

Styles

Néo-Renaissance

Inventaire(s)

  • Actualisation de l'inventaire d'urgence (Sint-Lukasarchief - 1993-1994)
  • Actualisation du projet d'inventaire régional du patrimoine architectural (DMS-DML - 1995-1998)
  • Inventaire d'urgence du patrimoine architectural de l'agglomération bruxelloise (Sint-Lukasarchief 1979)
  • Le patrimoine monumental de la Belgique. Saint-Gilles (DMS-DML - 1997-2004)

Ce bien présente l’(es) intérêt(s) suivant(s)

  • Artistique
  • Esthétique
  • Historique
  • Urbanistique

Recherches et rédaction

1997-2004

id

Urban : 3490
voir plus

Description

Aussi nommé hôtel d'Alcantara, immeuble fortement influencé par la RenaissanceLe style néo-Renaissance (de 1860 à 1914 environ) puise son inspiration dans l'architecture de la Renaissance, un courant artistique né en Italie au XVe siècle qui cherchait à ressusciter l’architecture de l'Antiquité gréco-romaine. italienne, 1882, par l'arch. Octave Van Rysselberghe pour le Comte Goblet d'Alviella.

Van Rysselberghe occupa l'hôtel de 1883 à 1888.

Pour la 1re fois à Bruxelles, des sgraffitesTechnique de décoration murale consistant à recouvrir d’une mince couche d’enduit clair une première couche de ton sombre. Un dessin est ensuite créé en grattant partiellement l’enduit clair, alors qu’il est encore frais, pour mettre à jour l’enduit foncé sous-jacent. Les traits des dessins apparaissent ainsi en creux et en foncé. En outre, la couche d’enduit clair peut être mise en couleur. occupent une place majeure dans la composition. Ceux-ci sont exécutés par Jean Baes d'après les dessins de Julien Dillens.

Rue Faider 10, détail du <a href='/fr/glossary/221' class='info'>sgraffite<span>Technique de décoration murale consistant à recouvrir d’une mince couche d’enduit clair une première couche de ton sombre. Un dessin est ensuite créé en grattant partiellement l’enduit clair, alors qu’il est encore frais, pour mettre à jour l’enduit foncé sous-jacent. Les traits des dessins apparaissent ainsi en creux et en foncé. En outre, la couche d’enduit clair peut être mise en couleur.</span></a> au 1er étage (photo 2004).

Élévation en pierre de France, de trois niveaux se singularisant par leurs proportions. R.d.ch. assez bas, à bossages continus, ajouré de trois fenêtres et une porte grillagées. Niveau surligné par un entablementCouronnement horizontal qui se compose d’une architrave, d’une frise puis d’une corniche. Les façades sont d’ordinaire coiffées d’un entablement. On peut également trouver un petit entablement au-dessus d’une baie ou d’une lucarne. à corniche denticulée. Aux étages, angles harpés en bossages. 1er étage particulièrement imposant, percé de deux hautes fenêtres rect. sous entablementCouronnement horizontal qui se compose d’une architrave, d’une frise puis d’une corniche. Les façades sont d’ordinaire coiffées d’un entablement. On peut également trouver un petit entablement au-dessus d’une baie ou d’une lucarne. à mince friseBande horizontale, décorée ou non, située au milieu de l’entablement. Par extension, suite d’ornements en bande horizontale. ornée de sgraffitesTechnique de décoration murale consistant à recouvrir d’une mince couche d’enduit clair une première couche de ton sombre. Un dessin est ensuite créé en grattant partiellement l’enduit clair, alors qu’il est encore frais, pour mettre à jour l’enduit foncé sous-jacent. Les traits des dessins apparaissent ainsi en creux et en foncé. En outre, la couche d’enduit clair peut être mise en couleur. figurant des feuilles d'acantheFeuille d’acanthe. Ornement classique inspiré de la plante à feuilles très découpées du même nom. ; trumeauPan de mur compris entre deux travées ou entre deux baies d'un même niveau. axial enrichi d'un médaillonCartouche rond ou ovale. sculpté par Julien Dillens, millésimé « mdccclxxXii » et orné du profil de Minerve coiffée d'un casque à signets ; elle est entourée d'une exergue en langue grecque signifiant « qui aime les arts ». Étage surmonté d'une vaste friseBande horizontale, décorée ou non, située au milieu de l’entablement. Par extension, suite d’ornements en bande horizontale. de sgraffitesTechnique de décoration murale consistant à recouvrir d’une mince couche d’enduit clair une première couche de ton sombre. Un dessin est ensuite créé en grattant partiellement l’enduit clair, alors qu’il est encore frais, pour mettre à jour l’enduit foncé sous-jacent. Les traits des dessins apparaissent ainsi en creux et en foncé. En outre, la couche d’enduit clair peut être mise en couleur. : Neptune sur son char, entouré de dauphins et de putti. Dern. niveau d'inspiration vénitienne par la présence d'une loggiaPetite pièce dans-œuvre, largement ouverte sur l’extérieur par une ou plusieurs larges baies non closes par des menuiseries. : vaste baieOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. divisée par six colonnes et garnie de vitraux de tons bleus à motifs géométriques ; sur le trumeauPan de mur compris entre deux travées ou entre deux baies d'un même niveau. axial, sgraffiteTechnique de décoration murale consistant à recouvrir d’une mince couche d’enduit clair une première couche de ton sombre. Un dessin est ensuite créé en grattant partiellement l’enduit clair, alors qu’il est encore frais, pour mettre à jour l’enduit foncé sous-jacent. Les traits des dessins apparaissent ainsi en creux et en foncé. En outre, la couche d’enduit clair peut être mise en couleur. présentant une allégorie de l'Architecture tenant un fil à plomb et posant son pied sur un fragment de chapiteauCouronnement orné ou mouluré, d’une colonne, d’un pilier ou d’un pilastre. ionique. EntablementCouronnement horizontal qui se compose d’une architrave, d’une frise puis d’une corniche. Les façades sont d’ordinaire coiffées d’un entablement. On peut également trouver un petit entablement au-dessus d’une baie ou d’une lucarne. marqué par une haute architraveMoulure inférieure de l’entablement, située sous la frise. à bandeauÉlément horizontal, soit en saillie et de section rectangulaire, soit dans le plan de la façade., une friseBande horizontale, décorée ou non, située au milieu de l’entablement. Par extension, suite d’ornements en bande horizontale. et une corniche denticulée à modillonsÉléments décoratifs de forme quelconque, répétés sous une corniche..

Intérieur en bon état de conservation : décoration d'esprit RenaissanceLe style néo-Renaissance (de 1860 à 1914 environ) puise son inspiration dans l'architecture de la Renaissance, un courant artistique né en Italie au XVe siècle qui cherchait à ressusciter l’architecture de l'Antiquité gréco-romaine. italienne (marbre, céramique, mouluration et bas-relief en plâtre).

Act. occupé par une école privée.

Classement 19.01.1995 (façade avant).

Sources

Archives
ACSG/Urb. 372 (1882), 748 (1944).

Ouvrages
DEMANET, M., HENNAUT, E., LIESENS, L., et al., Les sgraffites à Bruxelles, Fondation Roi Baudouin, Bruxelles, 1996 (L'Art dans la rue), pp. 39, 72-73.
DEMETER, S., GOOSSENS, O., JACQMIN, Y., et al., Architectures saint-gilloises, Service des Monuments et des Sites de la Région de Bruxelles-Capitale, Bruxelles, 1999, p. 70.
MEIRSSCHAUT, P., Les sculptures de plein air à Bruxelles, guide explicatif, éd. E. Bruylant, Bruxelles, 1900, p. 195.
Monuments et sites protégés, Région de Bruxelles-Capitale, éd. Mardaga, s.l., 1999, p. 70.

Périodiques
L'Émulation, 1884, col. 44; « Maison rue Faider à Bruxelles, 1882, Arch. O. Van Rysselberghe », L'Émulation, 1886, pl. 20-22.
DELVOYE, C., « L'éclectisme en architecture », La Maison d'Hier et d'Aujourd'hui, 32, 1976, p. 29.