Partagée entre les territoires communaux d'Ixelles et de Bruxelles (nos  24 à 64 et nos 3 à 25), cette rue pentue relie la rue Général de Gaulle à l'avenue Louise, en longeant les Jardins du Roi et en traversant la rue du Monastère.

Compris entre la chaussée de Vleurgat et l'abbaye de La Cambre, les étangs d'Ixelles et l'avenue Louise, le quartier des Étangs, dont la rue de Belle-Vue fait partie intégrante, est remarquablement cohérent. Ce quartier est situé sur des terres ayant appartenu autrefois à l'abbaye de La Cambre et vendues comme « bien noir » à la Révolution. Ces terrains sont, après quelques péripéties, acquis par la Société immobilière de Belgique, par l'intermédiaire de sa filiale, la Société de l'Avenue Louise. C'est elle qui réalisa les rues projetées. Un plan conservé aux Archives de la Ville de Bruxelles, vers 1875, montre les possessions de cette société, déjà divisées en parcelles prêtes à la vente.

Son tracé est ratifié par l'arrêté royal du 22.08.1873 qui autorise la création de rues vers l'avenue Louise et l'expropriation pour cause d'utilité publique des étangs et de leurs dépendances. La rue reçoit son nom actuel en séance du Conseil communal de Bruxelles du 23.11.1879.

Dans sa première phase de construction, située essentiellement dans la dernière décennie du XIXe siècle, la rue est surtout constituée de maisons bourgeoises, entre éclectisme et Art nouveau. Les constructions de la première partie de la rue, côté pair, sont grevées d'une servitude non aedificandi, permettant de maintenir des jardinets en façade avant, à l'instar de toutes les artères longeant les Jardins du Roi. Dans les derniers numéros impairs, la rue apparaît comme une coulisse de l'avenue Louise, avec garages et vue sur les façades arrière de celle-ci. Aux abords des Jardins du Roi, le bâti a subi quelques modifications d'importance dès la fin des années 1950, avec la destruction de maisons anciennes – dont une étonnante maison de style Art nouveau (1900) de l'architecte Franz Tilley (AVB/TP 7402) et une maison de 1898 par l'architecte Ernest Delune (AVB/TP 7406) – et la reconstruction d'immeubles à appartements de standing. Un des angles de la rue du Monastère était autrefois construit d'une maison de coin conçue par l'architecte Ernest Blerot en 1899 (détruite en 1959). Cette construction reliait visuellement le no 34 rue du Monastère aux nos 30 et 32 rue de Belle-Vue, formant un ensemble Art nouveau cohérent. Du côté impair, la rue a complètement changé de physionomie, avec la construction de trois immeubles à appartements de l'après-guerre, dont le no 3, à l'angle, conçu en 1956 par l'architecte Isia Isgour. Par ailleurs, la rue de Belle-Vue est soumise au plan particulier d'aménagement (PPA) approuvé par l'arrêté royal du 07.07.1970, portant sur l'avenue Louise et ses rues adjacentes.
Voir les biens de ce lieu repris à l'inventaire

Sources

Archives
AVB/PP 2720 (vers 1875).
AVB/TP 3 : 65904 (1956).
AVB/Bulletin communal de Bruxelles, II, 1879, p. 519.
ACI/TP Historique des rues (1925).

Ouvrages
DUQUENNE, X., L'avenue Louise à Bruxelles, Xavier Duquenne éd., Bruxelles, 2007.
CULOT, M., VAN LOO, A. (dir.), Musée des Archives d'Architecture Moderne, AAM éditions, Bruxelles, 1986, p. 90.