Typologie(s)

maison d’architecte

Intervenant(s)

Edmond LE GRAIVEarchitecte1878

Styles

Éclectisme
Néo-Renaissance

Inventaire(s)

  • Actualisation de l'inventaire d'urgence (Sint-Lukasarchief - 1993-1994)
  • Actualisation du projet d'inventaire régional du patrimoine architectural (DMS-DML - 1995-1998)
  • Le patrimoine monumental de la Belgique. Ixelles (DMS-DML - 2005-2015)

Recherches et rédaction

2007-2009

id

Urban : 18976
voir plus

Description

Remarquable maison de style éclectique, influencée par la RenaissanceLe style néo-Renaissance (de 1860 à 1914 environ) puise son inspiration dans l'architecture de la Renaissance, un courant artistique né en Italie au XVe siècle qui cherchait à ressusciter l’architecture de l'Antiquité gréco-romaine. italienne, conçue par l'architecte Edmond Legraive, pour lui servir d'habitation, millésimée «anno» «1878» à hauteur de l'entablementCouronnement horizontal qui se compose d’une architrave, d’une frise puis d’une corniche. Les façades sont d’ordinaire coiffées d’un entablement. On peut également trouver un petit entablement au-dessus d’une baie ou d’une lucarne..

Façade en pierre blanche de composition symétriqueDans l'inventaire, une façade est dite de composition symétrique lorsqu’elle compte trois travées égales. À Bruxelles, ce type de façade s’élève souvent sur trois niveaux de hauteur dégressive. La travée axiale est d’ordinaire mise en évidence par un ressaut, par un ou plusieurs balcons et par un décor plus élaboré., agrémentée de pierre bleue et rehaussée d'éléments décoratifs d'inspiration classique (frise de grecques dans un cartoucheDécor composé d’une table plane ou bombée, aux contours généralement sinueux, bordée d’un décor sculpté et/ou d’une mouluration, et sur laquelle prend parfois place un blason ou une inscription. Le médaillon est un cartouche rond ou ovale., antéfixe coiffant le frontonCouronnement de forme triangulaire ou courbe, à tympan et cadre mouluré formé de corniches., etc.). Rez-de-chaussée à refendsLe refend est un canal dans un parement, accusant ou simulant le tracé de joints d'un appareil à bossages., rayonnants au-dessus des baiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement.. Fenêtres des étages reprises dans un encadrement de pierre, celle du premier, dans l'axe, coiffée d'un frontonCouronnement de forme triangulaire ou courbe, à tympan et cadre mouluré formé de corniches. triangulaire sur consolesPièce de pierre, de bois ou de métal partiellement engagée dans un mur et portant un élément en surplomb. La console se distingue du corbeau par ses dimensions plus grandes et par le fait qu’elle s’inscrit grosso modo dans un triangle rectangle. La console désigne également des éléments non porteurs, mais apparentés d’un point de vue formel à une console. et devancée d'un balcon à jouesLe terme joues désigne les petits côtés d’un balcon, entièrement en pierre ou en maçonnerie. et balustresPetits supports en répétition, généralement profilés et de section circulaire, constituant une balustrade. de pierre; le balcon se prolonge visuellement, à gauche et à droite, avec les balustresPetits supports en répétition, généralement profilés et de section circulaire, constituant une balustrade. ornant les allègesPartie de mur située sous l’appui de fenêtre. La table d’allège est une table située sous l’appui de fenêtre.. MenuiserieÉléments de bois relevant de l’art du menuisier. Pour une façade, le mot peut désigner les portes, les châssis, les éventuelles logettes et la corniche. Par extension, le terme désigne également l'huisserie métallique et en PVC. partiellement ancienne.

Sources

Archives
ACI/Urb. 182-2A.

Périodiques
LEGRAIVE, E., «Maison, r. Jules Bouillon, Bruxelles (1878)», L'Émulation, 12, 1887, pl. 47-48.
«Œuvres publiées, Maison, rue Jules Bouillon, à Bruxelles», L'Émulation, 12, 1887, col. 190-191.

Arbres remarquables à proximité