La rue relie la rue de la Tulipe à la rue du Conseil selon un tracé rectiligne.

Un dénommé Haeseleer établit cette artère en 1854 sur ses propres terrains, après que son tracé ait été sanctionné par l'arrêté royal du 18.07 de la même année. La rue portait anciennement le nom de Haeseleer jusqu'à ce que le Conseil communal décide de la rebaptiser rue de Milan, en séance du 22.11.1856. Elle porte son nom actuel depuis l'Armistice, en souvenir de l'avocat et député libéral Louis Georges Auguste Lorand (1860-1918), qui fit avec Jules Destrée une tournée de propagande en Italie en 1914-1918 en faveur des Alliés.

La rue se construit progressivement, entre 1855 et 1878, de maisons d'habitation d'inspiration néoclassique (voir les nos16, 20 ou encore, par exemple, les nos9, 11 et 13: ensemble de trois maisons construites en 1873, le n°13 à l'origine adjoint d'un atelier sis au n°15 – tous deux réunis en un seul immeuble depuis 1926). De nombreux immeubles ont perdu leurs caractéristiques en raison de transformations tels que la pose d'un parement de briquettes, un exhaussement, etc. Le côté pair de la rue est par ailleurs marqué par un vaste immeuble à appartements de cinq niveaux (n°24-38: architecte C. Heiwang, 1965). À côté se trouve un ancien hall d'exposition appartenant à l'ancienne fabrique de porcelaine Demeuldre-Coché (voir chaussée de Wavre n°143).
Voir les biens de ce lieu repris à l'inventaire

Sources

Archives
ACI/Urb. 9, 11 et 13: 151-9 à 13; 151-9; 151-11; 151-13-15; 24-38: 151-22.
ACI/TP Historique des rues (1925).
ACI/TP 151.
ACI/TP Q3 Quartier Saint-Boniface (boîte n°13).

Ouvrages
DEWEZ, M.-A., L'urbanisation du quartier Saint-Boniface (Mémoire de licence en histoire contemporaine), UCL, Louvain-la-Neuve, 1982-1983.