Cette artère rectiligne relie l'avenue de la Couronne à l'avenue Émile de Beco en croisant la rue Juliette Wytsman.

Cette voie est ouverte selon l'arrêté royal du 13.01.1905 (tout comme les rues Adolphe Mathieu et Juliette Wytsman). À l'instar des rues voisines, elle est dédiée à un artiste, Frédéric (dit Fritz) Toussaint (Ixelles 1846 – Saint-Josse-ten-Noode, 1920), peintre qui, en 1906, fit don au musée communal d'Ixelles de 120 dessins et tableaux de divers artistes belges.

Côté pair, le premier tronçon de la rue est occupé par le mur de clôture de la caserne de gendarmerie. Bombardée durant la Seconde Guerre mondiale en raison de la présence de cette caserne, la rue conserve peu d'immeubles datant de sa première phase de construction. Il en résulte dès lors un ensemble bâti très peu homogène d'un point de vue stylistique.
Au n°47 se trouve une ancienne maison de repos (1913) occupée aujourd'hui par la police fédérale. Au n°55 se dresse l'ancienne brasserie Opstaele construite entre 1931 et 1933 aujourd'hui désaffectée et bientôt réhabilitée en lofts.
Voir les biens de ce lieu repris à l'inventaire

Sources

Archives
ACI/TP Historique des rues (1925).
ACI/TP 140.
ACI/Urb. 47: 140-47; 55: 140-55.

Ouvrages
HAINAUT, M., BOVY, Ph., Le quartier du Cygne (1), Commune d'Ixelles, Bruxelles, 2000 (À la découverte de l'histoire d'Ixelles, 6).
HAINAUT, M., BOVY, Ph., Le quartier du Cygne (2), Commune d'Ixelles, Bruxelles, 2000 (À la découverte de l'histoire d'Ixelles, 6).
Inventaire visuel de l'architecture industrielle à Bruxelles – Ixelles, AAM, Bruxelles, 1980-1982, fiche 56.
Ixelles, Ensembles urbanistiques et architecturaux remarquables, ERU, Bruxelles, 1990, pp.105-106.

Périodiques
HAINAUT, M., «Une rue d'Ixelles porte leur nom», Mémoire d'Ixelles, 29, 1988, p.40.