Typologie(s)

maison et atelier d’artiste
maison bourgeoise

Intervenant(s)

Paul HAMESSEarchitecte1901

Paul VERDUSSENpeintre

Statut juridique

Classé depuis le 11 mars 1999

Styles

Art nouveau
Éclectisme

Inventaire(s)

  • Actualisation de l'inventaire d'urgence (Sint-Lukasarchief - 1993-1994)
  • Actualisation du projet d'inventaire régional du patrimoine architectural (DMS-DML - 1995-1998)
  • Inventaire d'urgence du patrimoine architectural de l'agglomération bruxelloise (Sint-Lukasarchief 1979)
  • Le patrimoine monumental de la Belgique. Ixelles (DMS-DML - 2005-2015)

Ce bien présente l’(es) intérêt(s) suivant(s)

  • Artistique
  • Esthétique
  • Historique
  • Urbanistique

Recherches et rédaction

2005-2007

id

Urban : 16426
voir plus

Description

Remarquable maison de style éclectique teintée du style Art nouveauStyle Art nouveau (de 1893 à 1914 environ). Mouvement international, avec de fortes variantes locales, né en réaction aux styles « néo ». En Belgique, ce courant connaît deux tendances : d’un côté, sous l’égide de Victor Horta, l'Art nouveau « floral », aux lignes organiques ; de l’autre, l'Art nouveau géométrique, influencé par l'art de Paul Hankar ou la Sécession viennoise. géométrique, caractéristique de la Sécession viennoiseEntre 1897 et 1914 environ, la Sécession viennoise est la tendance autrichienne de l’Art nouveau géométrique., conçue par l'architecte Paul Hamesse en 1901 pour le peintre Paul Verdussen (1868-1945).

Elle achève une enfilade homogène d'immeubles, allant du no 203 au no 211.

Au fond du jardin, se situe un petit pavillonLe toit en pavillon est un toit à quatre versants droits couvrant un corps de bâtiment de plan sensiblement carré. La lucarne en pavillon est une lucarne dont le toit est en pavillon. d'un niveau à l'origine destiné à l'atelier du peintre.

P. Verdussen est membre fondateur et secrétaire du cercle Le Sillon. Vers 1900, il dirige un atelier d'artiste axé sur la création d'affiches. Certaines de ses œuvres sont conservées au musée d'Ixelles et au musée Plantin-Moretus à Anvers.

Façade de composition asymétriqueDans l'inventaire, une façade est dite de composition asymétrique lorsqu’elle compte deux travées inégales. À Bruxelles, ce type de façade s’élève souvent sur trois niveaux. La travée principale est d’ordinaire mise en évidence par un ressaut, par un ou plusieurs balcons et par un décor plus élaboré. Les caves, d’ordinaire à demi enterrées, se marquent en façade par un soubassement élevé. en briques jaunes, ponctuée d'éléments en pierre bleue et animée de fins bandeauxÉlément horizontal, soit en saillie et de section rectangulaire, soit dans le plan de la façade. de briques blanches ; soubassementPartie massive d’un bâtiment construite au sol et constituant l’assise du bâtiment. À Bruxelles, le soubassement est d’ordinaire en pierre bleue. orné de moellonsPierres grossièrement équarries mises en œuvre dans une maçonnerie. en grèsTerre cuite de texture serrée, légèrement vitrifiée, glaçurée ou non. Le grès désigne également une famille de pierres composées de silice.. BaiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. à arcStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. surbaisséUn élément est dit surbaissé lorsqu’il est cintré en arc de cercle inférieur au demi-cercle. pourvues de sommiersLes sommiers sont les deux premiers claveaux d’un arc, portant directement sur les piédroits. en pierre. Travée principaleTravée la plus large de l’élévation, marquée par un ressaut et une décoration plus abondante. Les façades de composition asymétrique comportent d'ordinaire une travée principale. traitée en léger retrait, percée au rez-de-chaussée d'une baieOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. à arcStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. en anse de panierUn élément est dit en anse de panier lorsqu’il est cintré en demi-ovale. munie de meneauxÉlément vertical de pierre ou de métal divisant une baie. de pierre bleue se prolongeant en minces consolesPièce de pierre, de bois ou de métal partiellement engagée dans un mur et portant un élément en surplomb. La console se distingue du corbeau par ses dimensions plus grandes et par le fait qu’elle s’inscrit grosso modo dans un triangle rectangle. La console désigne également des éléments non porteurs, mais apparentés d’un point de vue formel à une console. supportant la logette en bois peint du premier étage. La logette est coiffée d'une terrasse close d'un remarquable garde-corpsOuvrage de clôture qui ferme un balcon, une terrasse ou une porte-fenêtre. en fer forgéFer façonné à chaud sur l’enclume, utilisé pour réaliser des éléments architecturaux comme des garde-corps, des ancres, des grilles, des épis de faîtage., caractéristique de l'œuvre de Paul Hamesse. Travée principaleTravée la plus large de l’élévation, marquée par un ressaut et une décoration plus abondante. Les façades de composition asymétrique comportent d'ordinaire une travée principale. couronnée de petits décrochements en brique et en pierre. Corniche en bois flanquée de deux beaux amortissements de pierre aux lignes Art nouveauStyle Art nouveau (de 1893 à 1914 environ). Mouvement international, avec de fortes variantes locales, né en réaction aux styles « néo ». En Belgique, ce courant connaît deux tendances : d’un côté, sous l’égide de Victor Horta, l'Art nouveau « floral », aux lignes organiques ; de l’autre, l'Art nouveau géométrique, influencé par l'art de Paul Hankar ou la Sécession viennoise.. ChâssisPartie en menuiserie d'une fenêtre. à petits-bois d'origine.

Intérieur. Première volée d'escalier en marbre blanc menant au vestibule du bel étage dont le sol est couvert de mosaïques agrémentées d'une friseBande horizontale, décorée ou non, située au milieu de l’entablement. Par extension, suite d’ornements en bande horizontale. de motifs floraux stylisés. La rampe de l'escalier présente un décor géométrique simple, typique du style de l'architecte Paul Hamesse.

Classement 11.03.1999.

Sources

Archives
ACI/Urb. 51-211.

Ouvrages
Monuments et sites protégés, éd. La Renaissance du Livre, Région de Bruxelles-Capitale, 2003, p. 128.
PIRON, P., Dictionnaire des artistes plasticiens de Belgique des XIXe et XXe siècles, éd. Art in Belgium, Lasne, 2003, p. 719.

Sites internet
http://www.arto.be/

Arbres remarquables à proximité