Cette rue rectiligne relie la chaussée d’Alsemberg à la jonction entre l’avenue Jupiter et l’avenue Besme.

Elle suit approximativement le tracé de l’ancienne Hoerestraat–du vieux flamand hore signifiant boue–qui, à l’ouest, rejoignait la zone vallonnée et boisée de Forest. Entourée de pâturages verdoyants appartenant à l’abbaye de Forest, cette voie était surtout empruntée par les éleveurs de bétail et les exploitants forestiers. Au lendemain de la Révolution française, le terrain est acheté par le grand propriétaire foncier et homme d’affaires Joseph-Emmanuel Zaman qui, en 1884, le vend à la Société Anonyme des Villas de Forest.

Projeté en décembre 1908 dans le cadre du Projet des parcs, le nouveau tracé de la rue est ratifié par l’arrêté royal du 08.02.1912. Il a pour but de contribuer à l’élargissement du quartier Altitude Cent tel qu’il avait été projeté et circonscrit en 1901, et à établir une jonction entre ce dernier et les parcs de Forest.

La rue reçoit le nom de Monsieur Timmermans, un grand propriétaire foncier actionnaire de la Société des Villas. Les avenue Everard, Alexandre Bertrand et Oscar Van Goidtsnoven sont autant d’autres artères du quartier qui portent le nom d’un propriétaire foncier et/ou actionnaire de ladite société.

La rue est bâtie en deux grandes phases: l’une antérieure à la Première Guerre mondiale (les nos1 à 11 et 2 à 26) et la seconde durant les années 1920. Le bâti est de ce fait très hétéroclite d’un point de vue stylistique, mais homogène typologiquement parlant puisqu’il se compose de maisons résidentielles, bourgeoises et de rapport de deux à trois niveaux.

De la première période date l’une enfilade homogène de maisons de style éclectique allant du no4 au no24 (voir ces numéros) construites dans les années 1910-1914, la plupart d’inspiration Art nouveau (voir les nos10, 12 et 16 de 1910) ou d’inspiration néo-Renaissance flamande (voir le no18 de 1911 ou le no24 conçu en 1914 par l’architecte A. Bonny).

Le bâti de l’entre-deux-guerres se caractérise quant à lui par des styles aussi variés que l’éclectisme tardif, le Beaux-Arts, l’Art Déco et le modernisme. Ici et là de dressent également des immeubles à appartements de quatre à six niveaux. Les plus beaux exemples de cette période sont de la main d’architectes du quartier renommés. Parmi eux, le no62 des frères Hamesse (1928; voir ce numéro), le no64 d’Ernest Linard (1924) et le no66 de l’architecte François Van Meulecom (1924) (voir ce numéro). L’architecte Charles Dewys est lui aussi largement sollicité (voir les nos58 et 67 ou le n°78).
À noter également le no43-43a (1925) avec sa logette de plan courbe soulignée d’une frise de motifs en lacet et le no32 (1935) de l’architecte Hubert Dewelde, sans oublier la maison no40 (1930) de l’architecte Paul Le Bon. Tous deux ont opté pour une logette à piédroits et culot à ressauts. Au no15 se dresse la maison Art Déco conçue par l’architecte Maurice Van Nieuwenhuyse, dont la fenêtre à petits-fers horizontaux au-dessus de la porte est encore d’origine, mais le reste de la menuiserie a été remplacées. La maison sise au no71 (1933) de l’architecte C. Devriese est par contre un bel exemple d’architecture moderniste, dont la menuiserie d’origine est encore en très bon état.

Construit en 1955, l’établissement scolaire no51-55 (voir ce numéro) remplace l’École du Parc no3 de Haut-Forest fondée en 1887 et située précédemment avenue Besme.

À l’angle de la rue Timmermans et de l’avenue Jupiter se dresse un immeuble à appartements de sept niveaux conçu en 1934 par les architectes Roger Dejeneffe et Joseph Thomas. Il est le premier d’une série que les deux architectes érige autour du parc de Forest et du parc Duden selon un modèle standardisé (voir avenue Jupiter).

Voir les biens de ce lieu repris à l'inventaire

Sources

Archives
ACF/TP dossier 45, arrêté royal du 08.02.1912.
ACF/Urb. 15: 11424 (1931); 26: 6440 (1914); 32: 12634 (1935); 40: 11030 (1930); 43-43a: 8409 (1925), 12755 (1935); 46: 6630 (1914), 7033 (1920), 7075 (1920); 64: 8134 (1924), 11638 (1932); 71: 12106 (1933), 18648 (1964), 23192 (2004); 78: 8526 (1925), 10418 (1929), 17748 (1960).
Cercle d’histoire et du patrimoine de Forest, «Rues Quartiers Avenues de Forest: Rue Timmermans».

Ouvrages
CABUY, Y., DEMETER, S., LEUXE, F., Atlas du sous-sol archéologique de la région de Bruxelles, 4, Forest, MBHG-KMKG, Bruxelles, 1993.
FRANCIS, J., La chanson des rues de Forest, Louis Musin éditeur, Bruxelles, 1976, p.41.
HUSTACHE, A., Forest, CFC-Éditions, Bruxelles, 2001, pp.57-58.
PIRLOT, A.-M., Le quartier de l’Altitude Cent, SPRB, Bruxelles, 2014 (Bruxelles, Ville d’Art et d’Histoire, 53), pp.8-17.
VERNIERS, L., L’histoire de Forest-les-Bruxelles, Bruxelles, 1949, pp.110, 200.
VOKAER, J.-P., Par les rues de Forest. Études sur la toponymie locale, Bruxelles, 1954, p.83.