Cette courte avenue est située entre la place Altitude Cent et l’avenue Jupiter. Au bout de l’avenue Alexandre Bertrand –dans le parc Jupiter– se trouve une terrasse panoramique d’où on a une vue imprenable sur le parc de Forest, l’Atomium, la basilique de Koekelberg et l’hôtel de ville de Bruxelles (voir aussi parc Jupiter).

Elle fait partie d’un ensemble urbanistique composé de huit artères rectilignes rayonnant depuis la place Altitude Cent dominée par l’église Saint-Augustin. Le plan d’aménagement de cet ensemble est élaboré en 1899 dans le cadre d’un projet immobilier initié par la Société Anonyme des Villas de Forest et surtout l’un de ses promoteurs principaux, Alexandre Bertrand. Le cœur du nouveau projet «quartier Saint-Augustin» est la place circulaire. Le plan s’étend entre le parc de Forest (au nord), la chaussée d’Alsemberg (à l’est), la rue Joseph Bens (au sud) et le parc Duden et l’ avenue du Domaine (à l’ouest). Les terrains acquis par la Société anonyme sont ceux du domaine Zaman, anciennement connu comme Zevenbunder et Galgeveld. La Commune de Forest approuve le plan en 1901 et les alignements définitifs sont ratifiés la même année par l’arrêté royal du 04.05.1901.
Afin d’améliorer la connexion entre le quartier des parcs (dessiné par Victor Besme en 1875) et le nouveau quartier Saint-Augustin, un projet d’aménagement est prévu par l’État belge et la commune de Forest. Ce plan est ratifié par l’arrêté royal du 08.02.1912.


Anciennement dénommée avenue Auguste Borremans, l’artère est rebaptisée avenue Alexandre Bertrand en 1906. Fils d’un banquier, agent de change et président de la Bourse, Alexandre Bertrand (Courtrai, 1846 – Bruxelles, 1920) était un homme financièrement puissant possédant une maison de campagne à Forest (chaussée d’Alsemberg 251, détruit). Cofondateur et actionnaire de la Société Anonyme des Villas de Forest, il était chargé de l’aménagement des voies publiques et de la viabilisation des terrains. En sa qualité de promoteur immobilier, il fait bâtir de nombreuses maisons de rapport dans le quartier Altitude Cent. En catholique convaincu et président de la nouvelle paroisse Saint-Augustin, il finance la construction d’une église provisoire avenue Saint-Augustin et, dans un second temps, celle de l’église Saint-Augustin sur la place Altitude Cent.

La rue Timmermans, l’avenue Everard et l’avenue Oscar Van Goidsnoven sont autant de voiries du quartier Altitude Cent qui, comme l’avenue Alexandre Bertrand, portent le nom d’un cofondateur et/ou actionnaire de la Société Anonyme des Villas de Forest.

La majorité du bâti de l’avenue Alexandre Bertrand date des années 1906 à 1914. Il est ainsi, avec ceux des avenues Saint-Augustin et des Armures, l’un des premiers du nouveau quartier Altitude Cent. La chaussée et les trottoirs sont aménagés et les arbres plantés au fur et à mesure de la progression du bâti. Les premières habitations se situent principalement dans la partie haute de l’avenue, près de la place Altitude Cent. Il s’agit de maisons de rapport de style éclectique, parfois teintées d’éléments néogothiques, Art nouveau ou, plus tard, Art Déco. Citons à titre d’exemples les maisons des architectes Fernand Stiernet (nos6 en 1923, 8 et 10: voir ces numéros), Gaston Ide (nos12 en 1911, 14 en 1911, 30, 32 et 34: voir ces numéros) et Camille Damman (nos16 en 1911, 48 en 1909 et 21: voir ce numéro).
Les parcelles d’angle à hauteur de la place Altitude Cent n’ont été bâties que dans les années 1930. Depuis elles sont occupées par deux immeubles à appartements et rez-de-chaussée commercial (voir n°18-place de l’Altitude Cent 1-3, architecte Jules Petit-Bois et n°19-20-place Altitude Cent 2, architecte Maurice Van Nieuwenhuysen). Leur typologie fait écho à celle des autres immeubles à appartements donnant sur la place circulaire.

Les bâtiments allant du milieu du côté impair à l’avenue Jupiter datent d’une seconde phase de construction dans les années 1932 à 1935. Il s’agit pour la plupart de petits immeubles à appartements modernistes ou Art Déco de quatre à six niveaux, comme le no35 conçu en 1935 par les architectes Fernand et Armand de Saulnier et le no39, dessiné en 1933 par l’architecte Joseph Thomas et relayé dans les revues de l’époque pour la rigueur de ses formes géométriques.
Les trois derniers immeubles de l’avenue font partie d’un grand ensemble formé par les nos51 et 65 de l’avenue Alexandre Bertrand, les nos131, 139 et 147 de l’avenue Jupiter et le n°84 de l’avenue Timmermans (voir ce numéro) érigés dans les années 1950 à 1967. Ces immeubles à appartements de huit niveaux se distinguent par leur caractère monumental et sont l’œuvre des architectes René Dejeneffe et Joseph Thomas qui ont à leur actif de nombreux blocs d’appartements similaires dans le quartier.

Voir les biens de ce lieu repris à l'inventaire

Sources

Archives
ACF/TP dossier 45, AGR 08.02.1912.
ACF/TP 5 (fonds non classé).
ACF/Urb. 6: 7900 (1923), 20132; 12: 5713 (1911), 6638 (1914), 8907 (1926), 25522 (2014); 14: 5568 (1911), 8208 (1924), 9364 (1927)14122 (1941); 16: 5536 (1911); 35: 12846 (1935); 39: 11980 (1933), 24530 (2010); 48: 4838 (1909), 11013 (1930), 16327 (1954).
Cercle d’histoire et du patrimoine de Forest, «Rues Quartiers Avenues de Forest : Avenue Alexandre Bertrand».

Ouvrages
CABUY, Y., DEMETER, S., LEUXE, F., Atlas du sous-sol archéologique de la région de Bruxelles, 4, Forest, MRBC – MRAH, Bruxelles, 1993. 
FRANCIS, J., La chanson des rues de Forest, Louis Musin éditeur, Bruxelles, 1976, p.41.
PIRLOT, A.-M., Le quartier de l’Altitude Cent, SPRB, Bruxelles, 2014 (Bruxelles, Ville d’Art et d’Histoire, 53), pp.14-15.
VOKAER, J.P., Par les rues de Forest, étude sur la toponymie locale, Imprimerie Cantrin, Bruxelles, 1954, p.83.

Périodiques
A.H.V., «L’immeuble d’appartements. Roger Dejeneffe et Joseph Thomas, architectes», Le Document, 12, 6, 1936, pp.83-87.

Sites internet
Un châtelain forestois: Alexandre Bertrand