Voir les biens de ce lieu repris à l'inventaire
Un nouveau quartier est créé dans le voisinage de la porte de Tervueren de 1896 à 1899. Ainsi, prenant naissance dans l'av. de Tervueren, au sq. Princesse J. de Mérode, la r. des Aduatiques rejoint suivant un tracé courbe le bd Saint-Michel.

Le ler tronçon, qui reliait l'av. de Tervueren à la ch. Saint-Pierre, date de 1896 et fait partie du plan d'ensemble de l'av. de Tervueren.
L'autre partie fut tracée au début du XXe s. (il s'y trouve douze maisons en 1906).

La 1re maison construite dans la rue (1897) est le no 22, dont la façade a malheureusement été défigurée par un r.d.ch. commercial et un revêtement de briquettes. Elle appartient à Félix Torrekens, qui fera encore construire les nos 24 à 32 de 1898 à 1907. Elles forment un ensemble de maisons d'esprit néoclassique construites selon un schéma répétitif de deux ou trois travées et deux niveaux sur caves hautes.

La lre phase de construction (jusqu'en 1914) voit par ailleurs l'érection de maisons bourgeoises, de style éclectique ou Beaux-Arts. On épinglera trois ensembles importants formés par les nos 13 à 27, 34 à 46 et 111 à 117.

Plusieurs maisons mélangeant des influences des styles Art Déco et Beaux-Arts sont construites dans les années 1920-1930. On remarquera notamment le no 29 (maison datée de «1924 » et signée par l'arch. J. J. VAN DEN ENG ; façade cimentée et peinte sur quatre niveaux, présentant aux étages cantonnés de pilastres deux bow-windows superposés) ainsi que le no 59, construit en 1933 par l'arch. MARCHAL, de Charleroi.

À remarquer encore le rôle important joué par l'arch. Eugène A. LINSSEN, qui ne construira pas moins de treize maisons dans cette rue, les deux premiers dont sa maison personnelle en 1912 (Nos 25, 27) et les suivantes dans les années 1920. La majorité ont été érigées en style Beaux-Arts, à l'exception des nos 94 à 102, deux immeubles à appartements et trois maisons unifamiliales conçues pour les entrepreneurs E. FRANÇOIS & FILS, légèrement influencés par l'Art Déco, ainsi que sa 2e maison personnelle, au no 56a, construite en style néo-baroque flamand.

Sources

Archives

ACEtt/ TP 7043 (1897), 8282 (1898), 9738 (1899), 15057 (1903), 969 (1906), 2631 (1907), 386, 3812 (1908), 1425, 3029, 3440, 3576 (1909), 815 (1910), 2603 (1911), 2707, 3655 (1912), 3575 (1923), 4589, 5885, (1924), 6149 (1925), 3994 (1933).
AR 06.02.1896, 05.11.1896 et 06.05.1899.
RC 1903, p. 79.

Ouvrages
MEIRE, R. J., Histoire d'Etterbeek, Musin, Bruxelles, 1981, p. 68.