Le mont du Cinquantenaire suit à peu près le tracé du tronçon S. de l'anc. chemin de Malines qui reliait la ch. Saint-Pierre à la r. du Noyer à Schaerbeek (voir av. de la Chevalerie).

Suite à l'aménagement du parc du Cinquantenaire en 1880, le quartier de l'av. des Nerviens et de l'av. de la Chevalerie fut exhaussé. La pente de la partie de la Mechelsebaan située entre la ch. Saint-Pierre et l'av. des Nerviens (alors «Montagne de la plaine des manoeuvres») devint dès lors trop raide que pour permettre le prolongement de l'av. de la Chevalerie. Un escalier de sept volées de onze marches et six repos sur les plans de l'arch. Jean STILLEMANS fut construit en 1910, bordé de petits jardins ; afin de réduire les frais d'entretien, ceux-ci devinrent propriété des habitants en 1948.

Dans les années 1960, plusieurs immeubles à appartements y furent construits, tel le no 1 (1967) sur les plans de l'arch. J. VAN DE PUTTE à l'emplacement d'une imposante maison de maître construite en 1914 selon les plans de l'arch. Edmond SERNEELS.

En 1988-1989, le Mont du Cinquantenaire fut restauré. Les marches et les grilles furent rénovées et une rampe fut installée en son milieu.
Voir les biens de ce lieu repris à l'inventaire

Sources

Archives

AR 21.10.1878, 31.05.1948.
ACEtt/TP 7442 (1914), Reg. d'entrée 1985 (1967).
CC 28.06.1946.
RC 1910, p. 8.

Ouvrages
De Pauw, L.-F., La vallée du Maelbeek avec monographie d'Etterbeek, Hayez, Bruxelles, 1914, p. 231.

Presse
« L'escalier du Mont du Cinquantenaire  entièrement rénové à Etterbeek », in La Lanterne, 1989.