Anc. r. des Semeurs, cette artère relie aujourd'hui la pl. du Roi Vainqueur au bd Louis Schmidt.

Une 1re partie (entre la r. de Pervyse et le boulevard) est établie en 1909, sur l'anc. sentier Hoerepad qui se prolonge au-delà du boulevard jusqu'en 1930. Elle est achevée en 1937. Débouchant sur la pl. du Rinsdelle (par l'act. r. du Vindictive), son tracé est modifié lors de la création de la pl. du Roi Vainqueur. Le tronçon compris entre la r. du Vindictive et l'av. Camille Joset est alors supprimé.

Elle change de nom après la Deuxième Guerre mondiale et reçoit celui d'un conseiller communal, résistant blessé par la Gestapo r. des Semeurs et décédé au camp de Buchenwald en 1944.

Une bande centrale gazonnée est aménagée en 1952. Les dern. vestiges de la r. des Champs, situés à la hauteur du sq. Jean Absil, sont alors démolis.

Les deux côtés comptent aujourd'hui beaucoup de maisons et d'immeubles à appartements, aux façades de briques pouvant atteindre six niveaux, souvent sous toit plat, construits après 1945. Seule la partie la plus anc. de l'avenue compte encore quelques bâtiments du début du XXs. tels les nos 70 (1914, arch. Gaston IDE), 72 et 74 (ensemble de maisons construites sur un schéma répétitif, 1901, arch. Pierre COLLART, façades recouvertes ultérieurement de briquettes), 76 (1913) ou 94 et 96 (ensemble, 1908) ainsi que de nombreuses bâtisses, sous bâtières ou toitures mansardées, construites entre 1920 et 1940. De cette période, certaines affichent une influence Art Déco comme le no 114 (1928, dern. niveau ajouté ultérieurement) ou moderniste tels les nos 8 (1937, arch. Paul HAMESSE ET FRÈRES), 126 (1937, arch. René COPPENS) ; d'autres une inspiration Beaux-Arts tel le no 112 (1932, bâtière transformée en toiture mansardée). Les nos 66 et 68, dont les façades concaves occupent tout un côté du sq. Jean Absil (aménagé au croisement de la r. de Pervyse), sont élevés en 1930 dans le style éclectique traditionnel du début du XXs.
Voir les biens de ce lieu repris à l'inventaire

Sources

Archives

ACEtt./TP 11956 (1901), 4404 (1908), 4744 (1913), 7008 (1914), 3446 (1928), 5411 (1930), 887 (1932), 2866, 3202 (1937).
AR 06.05.1899, 5.10.1900.
Arrêté du Régent 26.10.1949.
CC 10.03.1921, 03.10.1898, 29.12.1911.
RC 1909, p. 9, 1911, p. 8, 1937, p. 60, 1952, p. 144.
RPV 1930, p. 178.

Ouvrages
MEIRE R. J., Histoire d'Etterbeek, Musin, Bruxelles, 1981, p. 123.