Voir les biens de ce lieu repris à l'inventaireCette liaison entre les rues d’Anderlecht et des Foulons fait partie d’un réseau de rues tracées en 1861-1866 au sud et à l’est de la rue d’Anderlecht (voir rue d’Artois).

Elle fut construite à la fin de la décennie 1860 et dans les années 1870. Le bâti de base se compose de maisons de tradition néoclassique, à corps simple ou commerciales, parfois jumelées, présentant en moyenne trois travées et trois ou quatre niveaux sous bâtière. Leur façade enduite et peinte sous entablement « classique » est souvent ajourée de fenêtres surbaissées à encadrement mouluré, sur cordon d’appui, comme les nos 7-9, 11-13, 17 à 21, 23, 25-27, 29, 35-37, 39, 47, 55, 57 et 59-61. Les angles sont occupés par des ensembles similaires, tels aux nos 1-5 et 24-28. Ce front homogène est rompu ici et là par des nouveaux parements et des rez-de-chaussée remaniés. La «Cité Marie-Henriette» et l’École communale N° 8 constituent des temps forts. Au début et à la fin de la rue se dressent de grands immeubles modernes, respectivement le bloc de logements sociaux «rue des Potiers» (1958- 965, Groupe Structures, architecte V. Degand et L. Van Hove) et des ateliers de la S.T.I.B. (voir rue de Cureghem, n° 54-56).