La rue Verhoeven relie le boulevard Émile Bockstael à la rue Antoine Clesse.

Ouverte vers le milieu des années 1900, dans le cadre de la création du boulevard Émile Bockstael par arrêtés royaux des 18.02.1899 et 05.10.1900, la rue est dénommée en hommage à Pierre Verhoeven, qui fut échevin à Laeken dans les années 1880 et décéda en 1893.

Entre 1910 et 1914, l’artère se bâtit de maisons unifamiliales ou de rapport de style éclectique, comme les nos17 (architecte F. Lambert, 1912), 1 (architecte Henri Houbaer), conçu en 1914 en ensemble avec le no4 boulevard Émile Bockstael, ou encore 21 (architecte O. Brison, 1914), teinté d’Art nouveau. Dans l’entre-deux-guerres, les parcelles restées vierges se construisent d’habitations d’inspirations Beaux-Arts ou Art Déco, tel le no22-24 (1931), conçu pour Servais Van der Elst, entrepreneur établi au no16-18 de la rue. Notons à ce propos que l’artère a compté plusieurs entreprises. Parmi elles, la Marmographie (voir no14), dont les bâtiments sont aujourd’hui démolis, et la Fabrique Nationale de Produits Emboutis (no23-29), devenue plus tard la SOBEMI (Société belge d’emballages métalliques industriels). L’entreprise s’était établie au milieu des années 1920 sur une parcelle s’étendant jusqu’à la rue Antoine Clesse.

Voir les biens de ce lieu repris à l'inventaire

Sources

Archives
AVB/IP II 684 (1903-1915).
AVB/PP 3374 (vers 1900).
AVB/TP 1: Laeken 3608 (1914); 17: Laeken 706 (1912); 21: Laeken PV Reg. 156 (19.02.1914); 22-24: 39390 (1931); 23-29: 52713 (1927), 37292 (1928).

Ouvrages
VAN NIEUWENHUYSEN, P., Toponymie van Laken (thèse de doctorat en Philologie germanique), UCL, Louvain-la-Neuve, 1998, p. 1835.

Périodiques
Almanach du Commerce et de l’Industrie, «Verhoeven (rue)», 1906, 1907.