La rue Charles Demeer est une longue artère qui relie la rue Dieudonné Lefèvre à la rue du Pannenhuis, à la frontière avec la commune de Jette. Elle traverse la place Alexandre Pouchkine, sur le boulevard Émile Bockstael, la rue Antoine Clesse, puis enjambe le chemin de fer de la ligne de ceinture ouest, au-delà duquel elle forme un vaste rond-point desservant les rues Maurice de Moor, Albert De Meyer et Edmond Tollenaere, ainsi que l’avenue Richard Neybergh.

Prévue dans la foulée de la création du boulevard Émile Bockstael, par arrêtés royaux des 18.02.1899 et 05.10.1900, la rue est ouverte en 1903 et baptisée en hommage à Charles Demeer, qui fut échevin à Laeken dans les années 1890 et 1900.

Entre 1904 et 1914, la rue se bâtit d’habitations pour la plupart de style éclectique, tels les nos46 (architecte J. Smets, 1911) ou 99, surhaussé mais conservant son rez-de-chaussée commercial d’origine. Pointons plusieurs réalisations de l’architecte Henri Pompe (voir nos91 et 116 à 120). La construction reprend ensuite dans l’entre-deux-guerres, avec des maisons marquées par l’éclectisme ou le Beaux-Arts, comme le no29 (1926), ou de style Art Déco, comme le no134 (architecte Henry, 1932-1933).

Rue Charles Demeer 19, entrepôt de vins par les architectes Paul Hamesse & Frères, 1923, AVB/TP 53634 (1923).

La rue compte ou a compté bon nombre d’ateliers et industries, comme une ancienne tonnellerie mécanique de 1925 (no5), avec habitation à l’avant et magasin à façade-pignon à l’arrière, qui abrite depuis 2013 le Cours Florent. Notons que l’architecte Paul Hamesse a conçu deux entrepôts dans la rue en 1923: un dépôt de faïences et porcelaines (voir no1-3), à l’angle de la rue Dieudonné Lefèvre, ainsi que l’entrepôt de vins Paul Destrée & Fils (no19), profondément transformé en 1962.
Voir les biens de ce lieu repris à l'inventaire

Sources

Archives
AAM/fonds Paul Hamesse frères.
AVB/TP 5: 51861 (1925); 19: 53634 (1923), 77177 (1962); 29: 53636 (1926); 46: Laeken 1164 (1911); 99: Laeken PV Reg. 131 (18.01.1912); 134: 44710 (1932-1933).

Ouvrages
VAN KRIEKINGE, D., Essai de toponymie laekenoise, Laeken, 1995, s.p.
VAN NIEUWENHUYSEN, P., Toponymie van Laken (thèse de doctorat en Philologie germanique), UCL, Louvain-la-Neuve, 1998, pp. 678-679.