Partagée entre les territoires de Bruxelles et d'Ixelles, la rue Gachard relie la place Eugène Flagey à l'avenue Louise. Sur le territoire de Bruxelles, la rue ne compte que quelques numéros : du côté pair, les nos 88 à 104, du côté impair, les nos 71 à 79.

Le raccord de cette voirie avec l'avenue Louise fait l'objet d'un plan définitif en 1884, ratifié ensuite par l'arrêté royal du 25.06.1886, sur base de plans plus anciens dessinés par l'inspecteur-voyer des faubourgs de Bruxelles, Victor Besme.

Entre les rues Dautzenberg et Gachard se trouvait le château de l'Ermitage et son domaine, dont l'origine remonte au XIVe siècle. Ils furent rachetés par le promoteur de l'avenue Louise en 1847, Jean-Philippe De Joncker. Ce sont les héritiers De Joncker qui établirent eux-mêmes la rue et firent réaliser la voirie à leurs frais. Celle-ci suit grosso modo le lit du Roodebeek, un ruisseau affluent du Maelbeek. En séance du Conseil communal de Bruxelles du 03.05.1886, la rue reçoit son nom actuel en souvenir de L. P. Gachard (Paris 1800-Bruxelles 1885), avocat, historien et directeur général durant 55 ans des Archives royales de Belgique.

La majorité de ses constructions originelles, des maisons bourgeoises, sortent de terre entre 1888 et 1909, et sont, du côté impair, le fait d'un promoteur particulièrement actif dans cette partie de l'avenue Louise et rue Dautzenberg, M. Letoret, en tandem avec l'architecte Albert Gérard. Ce même architecte a aussi travaillé pour un autre particulier en lui concevant la maison qui forme l'angle avec l'avenue Louise (no 262).

Des constructions de ces dernières décades ont brisé les enfilades traditionnelles ; à l'angle de l'avenue Louise (no 250), du côté impair, un immeuble de bureaux de 1971 impose à la rue son gabarit démesuré. Du côté pair, le no 88, un immeuble de bureaux en retrait par rapport à l'alignement (architecte Jacques Wybauw, 1972), en remplacement de huit maisons anciennes, déforce l'harmonie originelle de l'artère. La rue Gachard est soumise au plan particulier d'aménagement (PPA) approuvé par l'arrêté royal du 07.07.1970, portant sur l'avenue Louise et les rues adjacentes.
Voir les biens de ce lieu repris à l'inventaire

Sources

Archives
AVB/TP 88 : 84634 (1972) ; 250 avenue Louise : 85546 (1971).
AVB/Bulletin communal de Bruxelles, 1886.
ACI/TP Historique des rues (1925).

Ouvrages
Duquenne, X., L'avenue Louise à Bruxelles, Xavier Duquenne éd., Bruxelles, 2007.
Guillaume, A., Meganck, M., Atlas du sous-sol archéologique de la Région de Bruxelles : Bruxelles-Quartier Louise, Région de Bruxelles-Capitale - Musées Royaux d'Art et d'Histoire, Bruxelles, sous presse, pp. 4, 7.