De forme triangulaire, le square Gutenberg est le plus occidental des squares du quartier. Il se greffe sur l'angle nord ouest du square Marie-Louise. Établi dans le prolongement de la rue Philippe le Bon, il aboutit, au nord, au carrefour formé, à la limite de Saint-Josse-ten-Noode, par les rues des Guildes, Willems, Bonneels et des Éburons.

Contrairement aux autres squares, qui forment l'axe principal du quartier Nord-Est, le square Gutenberg n'était pas prévu sur le plan d'aménagement dessiné par l'architecte Gédéon Bordiau et approuvé par l'arrêté royal du 20.12.1875.

La rue Gutenberg, correspondant aux futurs premiers numéros du square du même nom, prolongée en pointillés jusqu’à la place Madou, détail du plan de transformation de la partie nord-est du quartier Léopold dessiné par Gédéon Bordiau, AVB/PP 956 (1879).

Sur ce projet s'étend en effet, au nord du square Marie-Louise, un vaste îlot délimité par la rue Philippe le Bon prolongée, la future rue des Éburons ainsi que la rue du Cardinal. Le square Marie-Louise devait être relié à la rue de la Pacification par la rue Gutenberg, dont une prolongation jusqu'à la place Madou était envisagée en pointillés.

Afin de permettre une circulation plus aisée du tramway à vapeur à cet endroit (Bulletin communal, 1891, t. I, pp. 344-346), l'îlot prévu est amputé de sa partie ouest, aménagée en un square. La création de celui-ci est approuvée par arrêté du Collège de la Ville de Bruxelles du 06.04.1891 (Bulletin communal, 1891, t. I, p. 480). En 1896, son aménagement est terminé.

Le square Gutenberg, tracé mais encore dénommé rue Philippe le Bon, détail d’un plan des terrains à vendre dans le quartier Nord-Est, dressé vers 1896, AVB/PP 951.

Les premières constructions étant apparues dès 1886-1887 à front de ce qui était encore les rues Gutenberg et Philippe le Bon prolongée, il ne fut pas possible de doter la nouvelle artère d'une zone de recul de cinq mètres comme celle aménagée devant les habitations des autres squares.

Adoptée par arrêtés du Collège de la Ville de Bruxelles des 14.04 et 15.05.1877, la dénomination de la rue Gutenberg rend hommage, comme bon nombre d'artères du quartier, à un personnage historique. Il s'agit de Johannes Gensfleisch, dit Gutenberg, célèbre imprimeur allemand du XVe siècle. Ce n'est qu'en date du 23.12.1898 qu'un arrêté du Collège attribue ce nom au nouveau square. Avant cette date, les habitations situées dans le prolongement de la rue Philippe le Bon portaient les numéros pairs de celle-ci tandis que celles qui leur font face en portaient les numéros impairs.

Le square Gutenberg est principalement bâti de maisons cossues de style éclectique ou d'inspiration néoclassique, la dernière conçue en 1900. L'architecte Armand Van Waesberghe y signe trois maisons Art nouveau en 1898, dont une conçue en ensemble avec une maison de la rue Philippe le Bon, sur une parcelle en L traversant l'îlot (voir nos 5 square Gutenberg et 55 rue Philippe le Bon, nos 8 et 19 square Gutenberg).

L’angle des squares Marie-Louise et Gutenberg en 1973, AVB/TP 83281 (1973).

Aux angles du square Marie-Louise, deux immeubles à appartements ont remplacé les constructions d'origine. Les anciens nos 1 à 4 ont ainsi laissé la place à une construction de 1973 (architectes J. Trion et H. A. Kennis, du bureau d'études et d'architecture Iota), portant le no 18 square Marie-Louise. En face, le no 28 de ce dernier (architecte Frank L. Jansen, 1965) remplace les nos 35 et 36, conçus en ensemble avec la maison voisine (voir no 34), encore debout, ainsi que les nos 28 à 30 square Marie-Louise, eux aussi démolis.

Square Gutenberg, Monument national aux morts des Armées belges d’Occupation, élévation, AVB/TP 62007 (1947).

Au centre du square, un terre-plein triangulaire est aménagé en jardinet. À la pointe de ce dernier se dresse un Monument national aux morts des Armées belges d'Occupation, conçu en 1947. Réalisé en pierre bleue, il est signé par les architectes E. P. Mathieux et J. Fink ainsi que par le sculpteur Frans Lamberechts. Au centre d'un parterre fleuri de plan en étoile, s'élance, d'un socle circulaire surligné d'une guirlande de bronze, une sorte d'obélisque orné d'épées dressées et de lions évocateurs des armoiries de la Belgique.
Voir les biens de ce lieu repris à l'inventaire

Sources

Archives
AVB/TP 62007 (1947) ; 18 square Marie-Louise : 83281 (1973) ; 28 square Marie-Louise : 80172 (1965).
AVB/Bulletin communal de Bruxelles, 1877, t. I, p. 316 ; 1891, t. I, pp. 344-346 ; 1891, t. I, p. 480.
AVB/Répertoire des noms de rues.

Ouvrages
Région de Bruxelles-Capitale. Monuments et Sites protégés, Mardaga, Sprimont, 1999, p. 229.