Voir les biens de ce lieu repris à l'inventaireLa rue de l’Autonomie relie le square de l’Aviation à la place Bara, où elle rejoint la rue Limnander.

Comme les squares de l’Aviation et Robert Pequeur, ainsi que son pendant nord, la rue Lambert Crickx, l’artère a été créée en vertu de l’arrêté royal du 19.10.1909, sur le site de l’ancienne École de Médecine vétérinaire de l’État. Celle-ci s’était implantée en 1836 dans une ancienne manufacture d’indiennes, sur un terrain s’étendant entre les rues Limnander et Brogniez, le futur boulevard Poincaré et le cours de la Senne, au sud. Le site de l’école, relocalisée rue des Vétérinaires (voir no 45-47), fut acquis en 1892 par la Commune d’Anderlecht, qui y fit élaborer des plans de lotissement à partir de 1895. Le plan mis en œuvre présente un square ouvert sur la petite ceinture, d’où partent deux rues diagonales de 18 mètres de largeur créant avec la rue Limnander un îlot triangulaire. La rue de l’Autonomie était longée au sud par le cours de la Senne, qui fut canalisée dans les années 1950, tandis qu’à hauteur des nos 1-7a et 6 à 10, l’artère enjambait la Coupure de la Petite Senne, asséchée dans la foulée.

Des primes étaient prévues pour les plus belles façades qui seraient érigées dans le quartier de l’ancienne École vétérinaire, dans un délai de six ans, sur les terrains vendus par la Commune. Dans la pratique toutefois, seule une partie des parcelles fut construite avant la Première Guerre mondiale. Les nouvelles artères furent bâties d’immeubles hauts et souvent larges, abritant pour la plupart commerces au rez-de-chaussée et logements aux étages. Aujourd’hui baptisé Le Triangle, le quartier est largement occupé par des entreprises actives dans le secteur de la confection.

À la veille de la Première Guerre mondiale, la rue de l’Autonomie se bâtit de quelques immeubles de rapport de style éclectique ou Beaux-Arts, comme le no 33 (architectes Paul Bonduelle et Charley Gilson, 1914). Entre 1923 et 1931, ce bâti est complété par des immeubles à appartements ou de bureaux de style Beaux-Arts ou Art Déco, tels le no 28, conçu en 1930 par et pour l’architecte Émile Couvreur, et le no 10 (architecte G. Stockhem, 1931), doté d’un magasin arrière. Pointons, à l’angle du square de l’Aviation (voir no 29-33), le siège de la Prévoyance Sociale, remontant à 1912, et un immeuble à appartements moderniste conçu pour cette société en 1931 (voir no 1-7a).

Sources

Archives
ACA/Urb. 10: 23495 (24.04.1931); 28: 22551 (21.03.1930); 33: 14268 (10.07.1914).

Ouvrages
VAN AUDENHOVE, J., Anderlecht au fil des siècles, Anderlechtensia-C.A.F.H.A, 1996, pp. 114-120.
VAN AUDENHOVE, J., Les rues d’Anderlecht, Commémoration du vingtième anniversaire de la fondation d’Anderlechtensia, C.A.F.H.A, 1995, p. 28.