Voir les biens de ce lieu repris à l'inventaire
Portion de l'anc. bd Militaire, le bd Saint-Michel relie le sq. Montgomery (Woluwe-Saint-Pierre) au bd Louis Schmidt qui le prolonge au-delà du carrefour des r. de l'Escadron et Baron de Castro (le 1er tronçon côté pair ainsi que les nos 1, 3 et 5 sont situés sur le territoire de Woluwe-SaintPierre).

Son tracé est décrété par AR le 6 mai 1899, les travaux d'aménagement commencent en 1900 et la voie est ouverte en 1906. Jusqu'en 1945, il comprend l'act. bd Louis Schmidt.

Le centre de l'artère, arboré à l'origine, voit l'aménagement d'un tunnel partiellement à ciel ouvert ; complètement fermé en 1995. Plusieurs artères de la commune y aboutissent ou y prennent leur départ.

Des deux côtés, derrière une zone de recul où sont aménagés jardinets et parkings, le boulevard compte un ensemble important de maisons et d'hôtels de maître généralement de style éclectique ou de style Beaux-Arts, tels les nos 19 (1922, arch. Franz D'OURS) 32 (1923), 37 (1928), 61 (1927), 66 (1924, arch. Adolphe PIRENNE), 69 (1929, arch. Eugène A. LINSSEN), 70 (1926, arch. M. DERNEDEN et A. MINEUR), 71 (1926, arch. Eugène A. LINSSEN), 78 (1927, arch. HENDRICKX), 103 (1927), 105 (1928, arch. Guy MISSON ; surélevé de deux niveaux en 1936 d'après les plans du même arch.) ou 117 (1929, arch. Guy MISSON).
À côté de la plus anc. construction conservée, le no 17 (1903, à l'angle de la r. des Aduatiques, façades enduites d'inspiration néoclassique), il compte aussi quelques bâtisses plus modernes comme les nos 60 (1949, arch. Jan WOESTYN) ou 87 (1938, arch. G. MISSON) ainsi que plusieurs immeubles à appartements. Certains sont d'origine tels les nos 82, 1929, arch. Frans HEMELSOET), 115 (1935, arch. G. MISSON), 127-129 (1928, arch. A. VAN HERENTHALS), mais la plupart ont été construits après 1950 et ont nécessité la démolition de demeures anc. C'est ainsi que le no 38 a pris la place d'une grande demeure d'inspiration néo-Renaissance flamande avec pignons et tourelle (1905, arch. Louis DELAHAYE) ou que le no 80 et ses annexes remplacèrent, dans un îlot en retrait du boulevard, un ensemble de maisons d'inspiration néo-Renaissance flamande (1936, arch. André MINEUR et connu sous le nom de « Béguinage de Linthout »).

À la hauteur de la r. Boileau, station du prémétro Boileau (lignes 23 et 90) ouverte en 1975.

Sources

Archives
ACEtt/TP 15257 (1903), 17578 (1905), 1983 (1922), 4298 (1923), 5470 (1924), 8127, 8532 (1926), 544, 796, 1157 (1927), 2168, 2702, 3049 (1928), 3681, 4816, 5166 (1929), 8224 (1935), 2710, 2747, 5328 (1936), 38-3175 (1938), 1139 (1949), 3568 (1952), 2805 (1956).
Reg. d'entrée 293 (1957), 3628 (1985).
S Urb Plan 1906.

Ouvrages
MEIRE, R. J., Histoire d'Etterbeek, Musin, Bruxelles, 1981, p. 81.