Typologie(s)

maison bourgeoise

Intervenant(s)

Alfred SAROTarchitecte1902

Styles

Éclectisme

Recherches et rédaction

1997-2004

id

Urban : 832
voir plus

Description

Maison éclectique à façade polychrome, 1902, arch. A. Sarot.

Élévation en briques rouges, rehaussée de briques blanches et de pierre bleue au r.d.ch. Composition asymétriqueDans l'inventaire, une façade est dite de composition asymétrique lorsqu’elle compte deux travées inégales. À Bruxelles, ce type de façade s’élève souvent sur trois niveaux. La travée principale est d’ordinaire mise en évidence par un ressaut, par un ou plusieurs balcons et par un décor plus élaboré. Les caves, d’ordinaire à demi enterrées, se marquent en façade par un soubassement élevé.. Travée principaleTravée la plus large de l’élévation, marquée par un ressaut et une décoration plus abondante. Les façades de composition asymétrique comportent d'ordinaire une travée principale. devancée d'un balcon (garde-corps remplacé). À g., porte panneautée à jourOuverture vitrée dans une menuiserie ou baie de petite dimension.. Entre le 2e et le 3e niveau et dans l'entablementCouronnement horizontal qui se compose d’une architrave, d’une frise puis d’une corniche. Les façades sont d’ordinaire coiffées d’un entablement. On peut également trouver un petit entablement au-dessus d’une baie ou d’une lucarne., large friseBande horizontale, décorée ou non, située au milieu de l’entablement. Par extension, suite d’ornements en bande horizontale. ponctuée de briques blanches. Corniche à modillonsÉléments décoratifs de forme quelconque, répétés sous une corniche., interrompue en travée principaleTravée la plus large de l’élévation, marquée par un ressaut et une décoration plus abondante. Les façades de composition asymétrique comportent d'ordinaire une travée principale. par une lucarne passanteUne lucarne est dite passante lorsqu'elle est située dans le plan de la façade et interrompt la corniche ou l’entablement terminal du bâtiment.. À g., brisis percé d'une petite lucarneOuvrage construit sur un toit et permettant d’éclairer le comble par une ou plusieurs fenêtres. rect.

Sources

Archives
ACSG/Urb. 282 (1902).