Typologie(s)

maison ouvrière

Intervenant(s)

Arthur FRANÇOISarchitecte, architecte-géomètre1913

Styles

Éclectisme

Inventaire(s)

  • Actualisation de l'inventaire d'urgence (Sint-Lukasarchief - 1993-1994)
  • Actualisation du projet d'inventaire régional du patrimoine architectural (DMS-DML - 1995-1998)
  • Actualisation permanente de l'inventaire régional du patrimoine architectural (DPC-DCE)

Ce bien présente l’(es) intérêt(s) suivant(s)

  • Artistique
  • Esthétique
  • Historique
  • Urbanistique

Recherches et rédaction

2016

id

Urban : 36030
voir plus

Description

Ensemble de cinq maisons ouvrières analogues de style éclectique, architecte Arthur François, 1913.

Façades de deux niveaux, en briques jaunes et rouges une sur deux, rehaussées de briques de l’autre couleur, ainsi que de pierre bleue. Balcons à garde-corps en fonteFer riche en carbone, moulé pour réaliser des éléments architecturaux comme des garde-corps, des colonnettes, des cache-boulins. Contrairement au fer forgé, la fonte est cassante et résiste mal à la flexion.. BaiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. pour la plupart sous linteauÉlément rectiligne d’un seul tenant, en pierre, bois, béton ou métal, couvrant une baie. mouluré et arcStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. de décharge ménageant un tympanEspace, décoré ou non, circonscrit par un fronton ou un arc de décharge.. Fenêtres du rez-de-chaussée sous linteau métalliquePoutrelle métallique de profil en I, utilisée comme linteau, souvent agrémentée de rosettes en tôle découpée.. Excepté celle du no31, corniches d’origine, culminant à des hauteurs différentes une sur deux. HuisserieMenuiseries qui s’ouvrent et se ferment, c’est-à-dire les portes et les fenêtres. Par extension, le terme désigne également les fenêtres à châssis dormants. remplacée.

Aux nos29 et 31, élévationsDessin à l'échelle d'une des faces verticales d’un édifice. Par extension, façade d'un bâtiment ou ensemble de ses façades. de composition asymétriqueDans l'inventaire, une façade est dite de composition asymétrique lorsqu’elle compte deux travées inégales. À Bruxelles, ce type de façade s’élève souvent sur trois niveaux. La travée principale est d’ordinaire mise en évidence par un ressaut, par un ou plusieurs balcons et par un décor plus élaboré. Les caves, d’ordinaire à demi enterrées, se marquent en façade par un soubassement élevé..
Au no33-33a, élévation de trois niveaux, la dernière percée d’une entrée cochère menant à un hangar conçu en 1930 à l’arrière des nos27 à 33-33a.
Au no35, le projet, non réalisé comme tel, prévoyait un rez-de-chaussée à usage de café, ouvert par trois portes-fenêtres à piédroits de pierre bleue sous linteauÉlément rectiligne d’un seul tenant, en pierre, bois, béton ou métal, couvrant une baie. continuUn élément est dit continu s’il règne sur toute la largeur de l’élévation ou sur plusieurs travées., ainsi que trois fenêtres à l’étage. Le rez-de-chaussée présente une étroite porte et deux fenêtres, sous linteau métallique continuUn élément est dit continu s’il règne sur toute la largeur de l’élévation ou sur plusieurs travées., tandis que l’étage est marqué par un balcon.

Sources

Archives
AVB/TP Laeken 4804 (1913), 39362 (1930).


Sites internet
www.bruciel.brussels.

Arbres remarquables à proximité