Typologie(s)

immeuble à appartements
maison bourgeoise
rez-de-chaussée commercial

Intervenant(s)

Marcel DE VROEDEarchitecte1935-1937

Styles

Art Déco
Paquebot

Inventaire(s)

  • Actualisation de l'inventaire d'urgence (Sint-Lukasarchief - 1993-1994)
  • Actualisation du projet d'inventaire régional du patrimoine architectural (DMS-DML - 1995-1998)
  • Actualisation permanente de l'inventaire régional du patrimoine architectural (DPC-DCE)

Ce bien présente l’(es) intérêt(s) suivant(s)

  • Artistique
  • Esthétique
  • Historique
  • Urbanistique

Recherches et rédaction

2016

id

Urban : 33902
voir plus

Description

Cinq immeubles de style Art DécoStyle Art Déco (entre-deux-guerres). Tendance à la géométrisation des formes et des ornements architecturaux, doublée de jeux de matériaux, de textures et de couleurs. d’inspiration PaquebotLe style Paquebot (années 1930) est une esthétique architecturale inspirée de l’architecture navale (fenêtres rondes, balustrade ou balcon arrondi, fluidité des lignes)., vraisemblablement tous conçus par l’architecte Marcel De Vroede, qui signe pour des propriétaires différents les plans des nos 76 et 78 en 1935, puis du no 179 en 1937. Signature sur le soubassementPartie massive d’un bâtiment construite au sol et constituant l’assise du bâtiment. À Bruxelles, le soubassement est d’ordinaire en pierre bleue. du no 78: «M. De Vroede / ARCHITECTE».

Immeubles de trois niveaux sous toit plat. Façades en briques à joints horizontaux accentuésAppareil de briques à joints horizontaux accentués. Appareil de briques de parement typique des années 1930, dont les joints horizontaux sont larges et en creux, tandis que les joints verticaux sont minces et pleins., dans les tons jaunes, orange et/ou rouges, rehaussées d’éléments de céramique noire ou rouge, ainsi que de pierre bleue. Éléments en briques dresséesBriques posées verticalement dans une maçonnerie., notamment les linteauxÉlément rectiligne d’un seul tenant, en pierre, bois, béton ou métal, couvrant une baie. et assisesRang d’éléments de même hauteur posés de niveau dans une maçonnerie. L’assise désigne également la plate-forme d’un balcon ou d'une logette, portée d’ordinaire par des consoles et sur laquelle repose le garde-corps.. Céramique utilisée pour les appuisAppui de fenêtre. Élément d’ordinaire en pierre, limitant une baie vers le bas. continus ou formant cordonsCorps de moulure horizontal, à rôle purement décoratif, situé sur une partie quelconque d’une composition. de profil courbe mis en œuvre pour les linteauxÉlément rectiligne d’un seul tenant, en pierre, bois, béton ou métal, couvrant une baie., en colonnette, formant couvre-mursCouverture, souvent en pierre ou en céramique, disposée au sommet d’un mur pour le protéger de l’eau de pluie. Les pignons et les murs de clôture sont d’ordinaire pourvus d’un couvre-mur. ou dessinant des motifs géométriques à l’entablement.

Au no 175 avenue du Pois de Senteur, élévation de composition asymétriqueDans l'inventaire, une façade est dite de composition asymétrique lorsqu’elle compte deux travées inégales. À Bruxelles, ce type de façade s’élève souvent sur trois niveaux. La travée principale est d’ordinaire mise en évidence par un ressaut, par un ou plusieurs balcons et par un décor plus élaboré. Les caves, d’ordinaire à demi enterrées, se marquent en façade par un soubassement élevé.. Travée principaleTravée la plus large de l’élévation, marquée par un ressaut et une décoration plus abondante. Les façades de composition asymétrique comportent d'ordinaire une travée principale. marquée par un avant-corps passant l’entablement, à fenêtre à pan coupéPan de mur situé de biais sur l’angle d’un bâtiment. au rez-de-chaussée, dont le linteauÉlément rectiligne d’un seul tenant, en pierre, bois, béton ou métal, couvrant une baie. se prolonge en auventPetit toit couvrant un espace devant une porte ou une vitrine. à angle cintré pour la porte. Celle-ci est précédée d’un perronEmmarchement extérieur devançant la porte d’entrée d’un bâtiment. de même plan à murets de briques. HuisserieMenuiseries qui s’ouvrent et se ferment, c’est-à-dire les portes et les fenêtres. Par extension, le terme désigne également les fenêtres à châssis dormants. remplacée.
Clôture de jardinet à grilles tubulaires.

Au no 177 avenue du Pois de Senteur, élévation de composition asymétriqueDans l'inventaire, une façade est dite de composition asymétrique lorsqu’elle compte deux travées inégales. À Bruxelles, ce type de façade s’élève souvent sur trois niveaux. La travée principale est d’ordinaire mise en évidence par un ressaut, par un ou plusieurs balcons et par un décor plus élaboré. Les caves, d’ordinaire à demi enterrées, se marquent en façade par un soubassement élevé., à jeux de pans de mur et d’encadrements à ressautsSaillie d'une partie de mur par rapport à l’alignement général.. Travée principaleTravée la plus large de l’élévation, marquée par un ressaut et une décoration plus abondante. Les façades de composition asymétrique comportent d'ordinaire une travée principale. percée d’une entrée de garage et devancée d’un bow-windowDe l’anglais bow (arc dans le sens d’arqué, courbé) et window (fenêtre). Le bow-window apparaît avec l’Art nouveau. Il s’agit d’un élément en surplomb qui s’intègre par son plan cintré à la façade. Il se différencie de la logette, d’ordinaire de plan rectangulaire et qui paraît appliquée sur la façade. Le bow-window peut occuper plusieurs niveaux. de deux niveaux sous terrasse à parapetUn parapet en maçonnerie est un muret servant de garde-corps. intégrant une grille géométrique. Porche d’entrée dans-œuvre, précédé d’un emmarchement. Porte conservée.

Au no 179 avenue du Pois de Senteur, maison bourgeoise. ÉlévationDessin à l'échelle d'une des faces verticales d’un édifice. Par extension, façade d'un bâtiment ou ensemble de ses façades. de composition asymétriqueDans l'inventaire, une façade est dite de composition asymétrique lorsqu’elle compte deux travées inégales. À Bruxelles, ce type de façade s’élève souvent sur trois niveaux. La travée principale est d’ordinaire mise en évidence par un ressaut, par un ou plusieurs balcons et par un décor plus élaboré. Les caves, d’ordinaire à demi enterrées, se marquent en façade par un soubassement élevé.. Rez-de-chaussée percé d’une entrée de garage et d’une entrée piétonne chacune en saillie à pans coupésPan de mur situé de biais sur l’angle d’un bâtiment., séparées par un oculusJour de forme circulaire, ovale ou polygonale. surmontant un muret de plan cintré. Les saillies portent un auventPetit toit couvrant un espace devant une porte ou une vitrine. continuUn élément est dit continu s’il règne sur toute la largeur de l’élévation ou sur plusieurs travées. à angles de plan cintré, qui sert d’assise, à gauche, à un oriel à angle droit cintré, passant l’entablement. L’oriel est percé de fenêtres occupant l’angle gauche. Pans de mur en ressautSaillie d'une partie de mur par rapport à l’alignement général. en travée1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. d’entrée. HuisserieMenuiseries qui s’ouvrent et se ferment, c’est-à-dire les portes et les fenêtres. Par extension, le terme désigne également les fenêtres à châssis dormants. conservée; portes pleines à oculiJour de forme circulaire, ovale ou polygonale. grillés. Grilles à élégant dessin géométrique. ChâssisPartie en menuiserie d'une fenêtre. métalliques.

Au no 181 avenue du Pois de Senteur – 76 avenue du Roi Albert, immeuble de rapport à rez-de-chaussée commercial à l’origine. Quatre travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade.. À droite, deux travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. inégales, celle de droite d’entrée, passant la corniche et marquée par des ressautsSaillie d'une partie de mur par rapport à l’alignement général. à couronnement en escalier. Elle est percée de l’entrée, sous auventPetit toit couvrant un espace devant une porte ou une vitrine. plat de plan cintré, surmonté d’une haute verrière continue éclairant la cage d’escalier. En travée principaleTravée la plus large de l’élévation, marquée par un ressaut et une décoration plus abondante. Les façades de composition asymétrique comportent d'ordinaire une travée principale., avant-corps d’un niveau à angle droit cintré, sous terrasse à parapetUn parapet en maçonnerie est un muret servant de garde-corps. de même plan. Sur l’angle, rez-de-chaussée parementé de céramique verte à l’origine (peinte) sur soubassementPartie massive d’un bâtiment construite au sol et constituant l’assise du bâtiment. À Bruxelles, le soubassement est d’ordinaire en pierre bleue. de céramique noire; vitrines privées de leur mince jourOuverture vitrée dans une menuiserie ou baie de petite dimension. d’imposte. Étages traités en oriel de deux travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade., celle de gauche formant saillie de plan cintré. Corniche de menuiserieÉléments de bois relevant de l’art du menuisier. Pour une façade, le mot peut désigner les portes, les châssis, les éventuelles logettes et la corniche. Par extension, le terme désigne également l'huisserie métallique et en PVC.. HuisserieMenuiseries qui s’ouvrent et se ferment, c’est-à-dire les portes et les fenêtres. Par extension, le terme désigne également les fenêtres à châssis dormants. remplacée.

Au no 78 avenue du Roi Albert, maison bourgeoise implantée sur une parcelle de plan irrégulier. ÉlévationDessin à l'échelle d'une des faces verticales d’un édifice. Par extension, façade d'un bâtiment ou ensemble de ses façades. de deux travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. inégales aux étages. Porte de garage et porte piétonne à piédroitsLes piédroits sont les éléments verticaux latéraux de l’encadrement d’une baie, portant son couvrement. convexes parementés de céramique flammée dans les tons orange. Elles sont séparées par une petite fenêtre-haute grillée. Aux étages, oriel de deux niveaux passant l’entablement. Au premier, son allègePartie de mur située sous l’appui de fenêtre. La table d’allège est une table située sous l’appui de fenêtre. se prolonge en travée1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. d’entrée pour former balcon à parapetUn parapet en maçonnerie est un muret servant de garde-corps. à angle cintré, abrité sous un auventPetit toit couvrant un espace devant une porte ou une vitrine. de même plan. Au second, petite fenêtre devancée par une structure métallique à dessin géométrique, accrochée au sommet de l’oriel. Portes conservées, à jourOuverture vitrée dans une menuiserie ou baie de petite dimension. oblong à grille géométrique.

Sources

Archives
AVB/TP avenue du Pois de Senteur 179 : 52406 (1937) ; avenue du Pois de Senteur 181 - avenue du Roi Albert 76 : 52522 (1935) ; avenue du Roi Albert 78 : 48464 (1935).