Typologie(s)

maison d’habitation

Intervenant(s)

Styles

Modernisme

Inventaire(s)

  • Actualisation de l'inventaire d'urgence (Sint-Lukasarchief - 1993-1994)
  • Actualisation permanente de l'inventaire régional du patrimoine architectural (DPC-DCE)
  • Inventaire d'urgence du patrimoine architectural de l'agglomération bruxelloise (Sint-Lukasarchief 1979)

Ce bien présente l’(es) intérêt(s) suivant(s)

  • Artistique
  • Esthétique
  • Historique
  • Urbanistique

Recherches et rédaction

2016

id

Urban : 26211
voir plus

Description

Maison de style Nouvelle Objectivité conçue par l’architecte gantois Gaston Eysselinck pour Goegebeure en 1934. Peu après la réception du bâtiment, en 1936, des modifications ont été apportées par le même architecte à la demande de Goegebeure, puis pour Rombouts à partir de 1937. Ce dernier a chargé l’architecte de construire un garage sur le talus en 1956.

Construction en béton avec parementRevêtement de la face extérieure d’un mur. en briques brunes en quinconce. Volume parallélépipédique de trois étages avec ouvertures rectangulaires. Rez-de-chaussée percé de la porte d’entrée sur la façade latérale orientée au sud. L’entrée était initialement sur la façade à rue et était en retrait (1934). Elle a été modifiée en 1937 et placée sous la fenêtre haute et étroite éclairant l’escalier. L’étage supérieur était à l’origine conçu comme un solarium largement clos orienté vers le sud.

Châssis métalliques préservés avec petits-fers et charnière extérieure. Rambarde tubulaire probablement récupérée après la transformation du solarium pour une petite terrasse sur la façade avant.

Intérieur sobre. À l’exception des chambres, sol en carreaux de céramique rouges de 10cm x 10 et carreaux de céramique noirs debout pour la plintheAssise inférieure d’un soubassement ou soubassement de hauteur particulièrement réduite.. Petite cuisine avec éléments Cubex et placard intégré partagé avec la salle à manger. Escalier intérieur raide avec rampe tubulaire.

Le plan de la maison s’inspire à l’origine du plan type de la maison gratte-ciel de la cité-jardin Frugès à Pessac, près de Bordeaux (France), d’après un projet de Le Corbusier datant de 1924. Vu les modifications intervenues en 1936 et 1937, la circulation (entrée frontale menant à un escalier perpendiculaire) et le solarium ont été modifiés ou transformés. De nos joursOuverture vitrée dans une menuiserie ou baie de petite dimension., la ressemblance avec ce plan se trouve à l’étage intermédiaire: parallèle à l’alignement, l’escalier divise l’espace — séjour à l’avant, cuisine et salle à manger à l’arrière.

L’œuvre de l’architecte Gaston Eysselinck présente de très nombreuses similitudes avec celle de Le Corbusier dans les années 1920 et 1930. La maison Peeters à Deurne (Anvers), qui date de 1932, dont le plan et la façade sont très similaires à la maison Citrohan, construite en 1927 pour la Weissenhofsiedlung de Stuttgart (Allemagne), en est un illustre exemple. La façade d’origine de la maison Rombouts est analogue à celle-ci, de même que son plan, inspiré de la maison gratte-ciel. Elle repose sur les cinq points de l’architecture moderne formulés par Le Corbusier. Avec la maison Rombouts, l’architecte abandonne cependant ce principe dogmatique. La maçonnerie est apparente, ce qui s’explique peut-être en partie par des raisons techniques ou budgétaires, mais aussi par l’influence de Le Corbusier. Au lieu d’ériger l’horizontalité des ouvertures de fenêtres en principe, la forme de la fenêtre est déterminée par la structure interne (Dubois, 1986, p. 15).

Sources

Archives
ACWB/Urb. 9.122 (1934), 9.916 (1937), 15.635 (1956).

Ouvrages
DUBOIS, M., De fatale ontgoocheling. Architect Gaston Eysselinck. Zijn werk te Oostende 1945/1953, Snoeck-Ducaju, Gand, 1986, p. 15.