La rue Van Dyck relie la chaussée de Haecht à la rue Josaphat.

Tracée avant 1835, elle est à l'origine dénommée rue des Jardins et aboutit à la rue Basse, future rue Josaphat. L'artère est rebaptisée avant 1858 en l'honneur du peintre baroque Antoon Van Dyck (Anvers, 1599 – Londres, 1641).

Déjà dotée de plusieurs habitations avant 1835, la rue est presque entièrement bâtie à la fin des années 1850, de maisons de style néoclassique, souvent modestes, parfois conçues en ensemble. L'artère comptait anciennement plusieurs impasses, dont les impasses Schampaert et Van der Elst côté pair et celle du Boulanger côté impair. À l'emplacement de la première, entre les actuels nos16 et 24, se trouve aujourd'hui un jardin public. Dans les années 1900, des immeubles de style éclectique s'implantent sur les parcelles restées vierges, les nos4 (1901) et 62-66 (architecte Philippe Waver, 1909). Le bâti de la rue est mal conservé aujourd'hui. Notons que le peintre Hubert Bellis (1831-1902) habita l'une des maisons de la rue.

Voir les biens de ce lieu repris à l'inventaire

Sources

Archives
ACS/Urb. 4: 263-4; 62-66: 263-62-66.

Ouvrages
DEKOSTER, J.-A., Les rues de Schaerbeek, Bruxelles, 1981, p. 116.
DENHAENE, G., L'expansion de Bruxelles au XIXe siècle. Naissance du Faubourg de Schaerbeek: histoire et images, ASBL PatriS, Bruxelles, 2002, p. 62.

Cartes / plans
DE CRAAN, W. B., Plan géométrique de la Ville de Bruxelles, 1835.
VANDERMAELEN, Ph., Plan parcellaire de la commune de Schaerbeek avec les mutations jusqu'en 1836.
POPP, P. C., Atlas du Royaume de Belgique, plan parcellaire de la commune de Schaerbeek, vers 1858.
Plan de la commune de Schaerbeek 1876, Institut géographique national.
Bruxelles et ses environs
, Institut cartographique militaire, 1881.
Bruxelles et ses environs, Institut cartographique militaire, 1893.