La r. du Cadran relie la r. du Mérinos à la r. Vonck.

Son 1er tronçon, jusqu'à la r. Verboeckhaven, fut tracé v. 1853 sur le terrain d'une anc. filature de laines de mérinos que l'on venait de démolir ; le 2e, en 1870, sur une propriété de la famille Verboeckhaven.

Les maisons les plus anc. sont de style néoclassique sobre (nos 2 à 12, 1858) : trois travées et trois niveaux dont un d'entablement ; façades enduites et peintes en blanc marquées par des bandeaux saillants ; les fenêtres du 1er étage soulignées par un simple encadrement mouluré ; portes à deux vantaux panneautés avec impostes vitrées. Le no 7 est plus élaboré.
Les immeubles situés au-delà de la r. Verboeckhaven furent construits dans les années 1870 à 1890, dans un style qui reste d'inspiration classique, mais davantage orné, ou éclectique (nos 18-24). Signalons les nos 14B (1872) et 15 (1873) au coin de la r. Verboeckhaven dont les r.d.ch. étaient à l'origine commerciaux. Le no 15 comprenait une annexe avec entrée cochère. Les façades de quelques maisons ont été transformées ou reconstruites ultérieurement : nos 34 (1955) et 40 (1970).
Nombre d'entre elles ont conservé leur aspect d'origine. Vers 1866, le peintre et sculpteur Constantin MEUNIER travailla au no 1, le peintre Franz COURTENS occupa les nos 28-30.
Voir les biens de ce lieu repris à l'inventaire

Sources

Archives

ACSJ/Urb./TP 58 (1858), 1283 (1872), 1345 (1873), 3341 (1887), 3522 (1888), 4680 (1894).
AGR 1396.
AR 23.7.1870.
CC 19.6.1918.