Typologie(s)

maison unifamiliale ou de rapport (indéterminé)
café/brasserie/taverne

Intervenant(s)

INCONNU - ONBEKEND1875

Pierre MEEWISarchitecte1906

Albert ROSCAM1933

Statut juridique

Procédure de classement depuis le 14 juin 2018

Styles

Art Déco
Néoclassicisme

Recherches et rédaction

1997-2004

id

Urban : 9431
voir plus

Description

Ensemble de trois maisons néoclassiques, de composition symétriqueDans l'inventaire, une façade est dite de composition symétrique lorsqu’elle compte trois travées égales. À Bruxelles, ce type de façade s’élève souvent sur trois niveaux de hauteur dégressive. La travée axiale est d’ordinaire mise en évidence par un ressaut, par un ou plusieurs balcons et par un décor plus élaboré., 1875. Balcons axiaux de taille dégressive à garde-corpsOuvrage de clôture qui ferme un balcon, une terrasse ou une porte-fenêtre. en ferronnerieÉléments en fer d’une construction, qu’ils soient en fer forgé, en fonte ou dans un autre matériau ferreux.. ChâssisPartie en menuiserie d'une fenêtre. en partie conservés aux étages.

Au no 1a, r.d.ch. à usage de café dès 1906, selon un aménagement de l'arch. Pierre Meewis. Rénové en 1933 dans le style Art DécoStyle Art Déco (entre-deux-guerres). Tendance à la géométrisation des formes et des ornements architecturaux, doublée de jeux de matériaux, de textures et de couleurs. par l'arch. Albert Roscam, il est connu depuis sous le nom « Le Laboureur ». Devanture en menuiserieÉléments de bois relevant de l’art du menuisier. Pour une façade, le mot peut désigner les portes, les châssis, les éventuelles logettes et la corniche. Par extension, le terme désigne également l'huisserie métallique et en PVC., caractérisée par une double entrée en retrait définissant un pas-de-porte polygonal sur lequel est mentionné, dans un jeu de mosaïque, le nom du café. À l'intérieur, lambrisLe lambris est un revêtement de menuiserie, de marbre ou de stuc couvrant la partie inférieure ou l'entièreté des murs d’une pièce. surmontés de peintures signées « K. Hopps », illustrant des scènes animalières. Un vitrail figurant un laboureur surmonte le bar, en fond de salle. Cache-radiateurs et parquet conservés.

Au no 1b, r.d.ch. converti en commerce dès 1900, pourvu d'une marquiseAuvent métallique vitré., et agrandi en 1926 pour abriter le café « À l'Épervier ». La marquiseAuvent métallique vitré. est alors renouvelée, ajourée de rosaces et surmontée dans l'axe d'un ornement en fer forgéFer façonné à chaud sur l’enclume, utilisé pour réaliser des éléments architecturaux comme des garde-corps, des ancres, des grilles, des épis de faîtage. à volutesOrnement enroulé en spirale que l’on trouve notamment sur les chapiteaux ioniques, les consoles, les ailerons, etc. intégrant un motif d'épervier (disparu). La devanture est encadrée de marbre noir antique veiné de blanc. Elle se compose de deux vitrines de part et d'autre d'une porte axiale sous imposteUn élément dit en imposte se situe à hauteur du sommet des piédroits. Imposte de menuiserie ou jour d’imposte. Ouverture dans la partie supérieure du dormant d’une menuiserie. flanquée de pilastresÉlément vertical plat en ressaut qui évoque un support (un pilier engagé). Il peut être muni d’une base et d’un chapiteau. cannelés. Le café est par la suite renommé « La Ruche », avant d'être converti en boîte de nuit. Vers la fin des années 1990, un salon de thé s'y installe et reprend le nom de « La Ruche ».

L'intérieur se compose de trois vastes pièces en enfilade, les deux dern. éclairées zénithalement par des verrières. Il conserve un beau mobilier de bois, contemporain de la devanture : lambrisLe lambris est un revêtement de menuiserie, de marbre ou de stuc couvrant la partie inférieure ou l'entièreté des murs d’une pièce., encadrements de porte et comptoir portant l'inscription « Henri Houbaer / Entrepreneur / 104 av. de Jette » sur une plaque métallique. Au fond, vaste vitrail de teintes jaune et brune signé « Fr. Maes – Jette », présentant, dans un paysage champêtre, une femme assiseRang d’éléments de même hauteur posés de niveau dans une maçonnerie. L’assise désigne également la plate-forme d’un balcon ou d'une logette, portée d’ordinaire par des consoles et sur laquelle repose le garde-corps. à proximité d'une ruche.

Au no 1c, r.d.ch. doté d'une marquiseAuvent métallique vitré. en 1906, act. disparue. Il communique avec le no 1d-3 depuis 1948. R.d.ch. act. en cours de transformation.

Sources

Archives

ACSG/Urb. 2738 (1875), 1a : 4, 124 (1906), 48, 109 (1933), 1b : 2001 (1900), 197 (1926), 21 (1926) ; 1c : 231 (1906), – (1948).