Reliant la chaussée de Waterloo et la place Georges Brugmann, l'avenue Louis Lepoutre constitue l'épine dorsale du quartier de Berkendael. Une série de rues la rejoint, selon un plan en arrête de poisson : à gauche, les rues Camille Lemonnier, Alphonse Renard et Mignot Destanche et, à droite, les rues de la Réforme, Emmanuel Van Driessche et François Stroobant.

Elle fut percée dans le cadre du Plan général d'alignement et d'expropriation par zones du quartier Berkendael, conçu par le géomètre César Boon et fixé par l'arrêté royal du 12.07.1902, auquel les arrêtés royaux des 02.05 et 31.05.1904 vinrent apporter de légères modifications.

Avenue rectiligne bordée des deux côtés de marronniers d'Inde, et dont l'allée centrale est orné de plantations et de parterres. À l'extrémité de l'allée centrale, un monument dédié à l'écrivain argentin Julio Cortazar, qui naquit en 1914 au no 116, marque la liaison avec l'avenue Louis Lepoutre à la place Georges Brugmann (voir ce numéro). Le monument est constitué d'un soubassement rectangulaire de pierre bleue sur lequel quelques marches mènent à un socle portant un buste de bronze représentant l'écrivain. Sur le socle, à gauche, une plaque de cuivre porte l'inscription suivante : « Julio Cortàzar / écrivain argentin / Ixelles 1914 – Paris 1984 ». Ce monument, placé sous la surveillance de l'UNESCO, fut réalisé par l'artiste argentin Edmund Valladares et offert en 2005 à la commune d'Ixelles par l'Institut national de Cinéma et des Arts audiovisuels de la République d'Argentine.


Avenue Louis Lepoutre, monument commémoratif de l’écrivain Argentin Julio Cortazar (photo 2007).

Depuis 1903, l'avenue Louis Lepoutre porte le nom d'un politicien libéral qui fut par ailleurs un avocat célèbre au barreau de Bruxelles (Bas-Warneton, 1839 - Ixelles, 1894).


En grande partie bâtie entre 1905 et 1914, l'avenue se compose principalement d'habitations bourgeoises de style Beaux-Arts ou éclectique. Les façades, parementées de matériaux luxueux comme la pierre blanche, s'élèvent sur trois à quatre niveaux. Il s'agit souvent de maisons de type bel-étage avec bow-window ou logette. Les angles sont occupés pour la plupart par des immeubles à appartements résidentiels monumentaux de style Beaux-Arts.
Au début de la rue se dressent des immeubles de style éclectique et néoclassique, formant l'angle avec la chaussée de Waterloo (voir avenue Louis Lepoutre no 2-4 et chaussée de Waterloo no 515). Dans le premier tronçon se trouvent principalement des bâtiments de style éclectique. Du côté pair se dresse un remarquable immeuble à appartements en briques de style moderniste (voir no 8).
Le tronçon suivant, entre les nos 21 et 31, est dominé par un ensemble néoclassique sobre construit par les entrepreneurs J.-B. Orlens & fils et l'architecte Alexandre Desruelles en 1911. À l'extrémité de ce côté, au no 49, se trouve un immeuble à appartements moderniste construit sur les plans de l'architecte H. Souka en 1968. À l'angle du côté pair s'élèvent les bureaux des entrepreneurs « Léon Monnoyer & ses fils Alfred et Marcel » (voir no 28-30) et, un peu plus loin, la maison personnelle de l'architecte Camille Damman (voir no 44) ainsi qu'un immeuble d'angle résidentiel de style Beaux-Arts (voir no 46).

Avenue Louis Lepoutre, vue vers place Georges Brugmann, vers 1910 (Collection de Dexia Banque).

Le troisième tronçon se caractérise par la présence d'immeubles d'angle de style éclectique identiques des deux côtés (voir avenue Louis Lepoutre nos 52 et 54, rue Alphonse Renard no 1 et rue Emmanuel Van Driessche no 75) et par une série de maisons de style Beaux-Arts (voir nos 51 à 57 et 52 à 70). Côté impair, l'ensemble est interrompu au no 59 par un immeuble à appartements de style moderniste, construit par les architectes Raoul J. Brunswyck & O. Wathelet en 1962.
Enfin, le dernier tronçon comporte des deux côtés des ensembles de style Beaux-Arts (voir les enfilades formées par les nos 67-73 à 99-101, ainsi que celle des nos 88 à 110), réalisés pour la plupart d'après les plans des architectes Benjamin De Lestré de Fabribeckers et Ernest Nisoli. Au no 76 s'élève une maison de style Beaux-Arts, réalisée par l'architecte E. Nisoli en 1914 et décorée de sgraffites représentant des putti placés entre des éléments de feuillage.
Deux immeubles de rapport identiques de style éclectique ferment la rue (voir place Georges Brugmann no 1-3 et 103-109 avenue Louis Lepoutre ainsi que place Georges Brugmann no 34-36 et 112-118 avenue Louis Lepoutre).
Voir les biens de ce lieu repris à l'inventaire

Sources

Archives
ACI/TP Historique des rues (1925) ; ACI/TP 213 ; ACI/TP Convention Berkendael (plan dressé par le géomètre expert C. Boon, Ixelles, 20 septembre 1898).
ACI/Urb. 21 à 31 : 213-21 à 31 ; 49 : 213-49 ; 59 : 213-59 ; 76 : 213-76.

Ouvrages

Inventaire des sgraffites. Ixelles, GERPM – SC ASBL, s.l., s.d., fiche 28.

Périodiques
HAINAUT, M., « Une rue d'Ixelles porte leur nom, 2e partie de H à Z », Mémoire d'Ixelles, 29, 1988, p. 17.
« Maison située avenue Louis Lepoutre, Architecte Mr Nisoli », Vers l'Art, 9, 1912, pl. 197-198.