Typologie(s)

établissement scolaire

Intervenant(s)

Florent VAN ROELENarchitecte1911

Styles

Éclectisme

Recherches et rédaction

2013-2014

id

Urban : 22568
voir plus

Description

Ancienne école de style éclectique, architecte Florent Van Roelen, millésimée au sommet de la façade «1911».

Historique

Le projet initial prévoyait une double école en U, à façade symétrique de vingt travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade.: la partie gauche serait réservée aux garçons, la droite aux filles. La construction devait être réalisée en deux phases. Seule la moitié droite fut toutefois mise en œuvre. Jusqu'en 1913, le bâtiment abrite le Groupe scolaire Saint-Servais, année où l'établissement devient une école primaire pour garçons dépendant de la paroisse Sainte-Élisabeth. Entre 1914 et 1920, l'Institut Saint-Paul investit les locaux, aujourd'hui occupés par une asbl.

Description

Bâtiment de deux niveaux sous toiture mansardée, composé de deux corps de respectivement six et quatre travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade.. Façade de briques brunes, ponctuée de briques blanches et de pierre bleue. SoubassementPartie massive d’un bâtiment construite au sol et constituant l’assise du bâtiment. À Bruxelles, le soubassement est d’ordinaire en pierre bleue. à moellonsPierres grossièrement équarries mises en œuvre dans une maçonnerie.. Certaines fenêtres à archivolteMouluration disposée sur le front de l’arc. Le corps de moulures qui compose l’archivolte est de faible ampleur, moins complexe que celui de la corniche.. Corniches conservées. ChâssisPartie en menuiserie d'une fenêtre. remplacés.
Au corps gauche, murs-pignons à volutesOrnement enroulé en spirale que l’on trouve notamment sur les chapiteaux ioniques, les consoles, les ailerons, etc.. Certaines travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. inscrites dans une arcadeBaie aveugle ou non, coiffée d'un arc, souvent en répétition et allant jusqu’au sol.. Deux vastes lucarnesOuvrage construit sur un toit et permettant d’éclairer le comble par une ou plusieurs fenêtres. de menuiserieÉléments de bois relevant de l’art du menuisier. Pour une façade, le mot peut désigner les portes, les châssis, les éventuelles logettes et la corniche. Par extension, le terme désigne également l'huisserie métallique et en PVC. rampantes et à croiséesBaie à croisée. Baie divisée par des meneau(x) et traverse(s) se croisant à angle droit..
Au corps droit, travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. axiales surmontées d'une large lucarne-pignonLucarne dont le devant triangulaire évoque un pignon. passante à gradins, percée de fenêtres jumelles et dotée d'un amortissementAmortissement. Élément décoratif placé au sommet d’une élévation.Amorti. Sommé d'un amortissement. à frontonCouronnement de forme triangulaire ou courbe, à tympan et cadre mouluré formé de corniches. cintré portant le millésime. AllègePartie de mur située sous l’appui de fenêtre. La table d’allège est une table située sous l’appui de fenêtre. de l'étage devant à l'origine accueillir l'inscription «GROUPE SCOLAIRE / SAINT-SERVAIS». Porte à joursOuverture vitrée dans une menuiserie ou baie de petite dimension. grillés, sous entablementCouronnement horizontal qui se compose d’une architrave, d’une frise puis d’une corniche. Les façades sont d’ordinaire coiffées d’un entablement. On peut également trouver un petit entablement au-dessus d’une baie ou d’une lucarne. où devait prendre place l'inscription «FILLES» et baieOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. d'imposteUn élément dit en imposte se situe à hauteur du sommet des piédroits. Imposte de menuiserie ou jour d’imposte. Ouverture dans la partie supérieure du dormant d’une menuiserie. à aileronsÉlément décoratif ordinairement enroulé en S et terminé en volutes, qui s’inscrit dans un angle et forme un adoucissement.. LucarnesOuvrage construit sur un toit et permettant d’éclairer le comble par une ou plusieurs fenêtres. de menuiserieÉléments de bois relevant de l’art du menuisier. Pour une façade, le mot peut désigner les portes, les châssis, les éventuelles logettes et la corniche. Par extension, le terme désigne également l'huisserie métallique et en PVC. à toiture débordante à croupeUne croupe est un versant de toit qui réunit les deux pans principaux d’un toit à leur extrémité. Contrairement à la croupette, la croupe descend aussi bas que les pans principaux..
Les deux premiers niveaux devaient accueillir des classes et la toiture devait abriter une salle des fêtes sous charpente métallique au corps gauche et le logement du concierge au droit.

À l'arrière du corps droit, aile perpendiculaire de deux niveaux, surélevée de deux étages en 1928 par l'architecte Joseph Fink.

Sources

Archives
ACS/Urb. 247-96.
AVB/TP 35974.

Périodiques
MERTENS, A., ROZEZ, «Stephenson (rue)», Annuaire du Commerce et de l'Industrie de Belgique, Province de Brabant, Bruxelles et sa banlieue, Bruxelles, Établissements généraux d'imprimerie, 1911 à 1920.