Le square Clémentine est un square de forme allongée agrémenté d’un étang, compris entre le boulevard Émile Bockstael au sud, la rue Émile Wauters à l’ouest, l’avenue des Robiniers et le boulevard de Smet de Naeyer au nord et l’avenue Jean Sobieski à l’est.

Inauguré en 1904, le square a été aménagé en même temps que le boulevard Émile Bockstael, créé sous l’impulsion du roi Léopold II et décrété par arrêtés royaux des 18.02.1899 et 05.10.1900. À hauteur de la rue Alphonse Wauters, le boulevard Bockstael bifurquait à l’origine vers le nord pour rejoindre la place Saint-Lambert, un dernier tronçon qui sera renommé avenue Jean Sobieski en 1934. À hauteur de la même rue Wauters, le boulevard était prolongé en droite ligne vers le nord-ouest par l’avenue Houba de Strooper, qui débutait par un terre-plein ovale accompagné, au sud-ouest et au nord-est, par de petits terre-pleins triangulaires. En vue de l’Exposition universelle de 1935, sur le site du Heysel, l’ovale fut supprimé au profit des voies de circulation qui le longeaient. Les terre-pleins triangulaires furent quant à eux agrandis et celui du sud, longeant la rue Alfred Stevens, fut planté d’une rangée d’arbres. Le square Clémentine fut légèrement étendu vers le sud, une excroissance qui accueillit la fontaine Émile Bockstael, inaugurée le 10.07.1932 (voir notice). Ce n’est que récemment, après 1988, que les derniers numéros du boulevard Bockstael côté impair (nos419 à 429), situés au sud du parc Sobieski, reçurent un numéro de police dépendant du square Clémentine. Quant à la jonction entre l’avenue Houba de Strooper et le boulevard Bockstael, elle se situe aujourd’hui à hauteur des rues Pierre Strauwen et Émile Wauters.

Le square est baptisé en l’honneur de la princesse Clémentine Albertine Marie Léopoldine (1872-1955), troisième fille du roi Léopold II, qui vécut au château de Laeken. Aménagé dans un style paysager, il est doté de chemins courbes, le principal bordant l’étang, dont la berge ouest recèle une petite grotte à arcade en moellons (tardive). Au nord, le terrain, en pente, est limité par la rampe de l’avenue des Robiniers, menant au pont Sobieski (voir notice). Elle est toujours bordée de ses garde-corps, à éléments tubulaires reliés par des poteaux en colonnette à base polygonale. À l’angle de l’avenue des Robiniers et de la rue Émile Wauters a été implanté, vraisemblablement dans les années 1920, une cabine d’électricité d’un niveau en briques rouges, pierre blanche et pierre bleue. Ses façades sont scandées de pilastres, sous entablement de pierre à fortes consoles. Au sud-est de ce bâtiment se trouve la statue d’une lionne couchée en ciment, apparemment implantée dès l’origine dans le square. Agrémenté de plusieurs arbres remarquables, celui-ci a été classé comme site par l’arrêté du Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale du 12.06.1997.

L’îlot situé au sud du parc Sobieski, limité au sud par la rue du Mont Saint-Alban, appartenait à la fin du XIXe siècle à la famille De Locht. Dans les années 1900, ce terrain a été divisé et bâti de plusieurs villas (voir rue du Mont Saint-Alban). Certaines ont été démolies, dont une habitation conçue pour la famille sur leur vaste propriété, qui accueille depuis les années 1980 trois blocs de logements (square Clémentine nos13, 15-17 et 19-23), accessibles par une nouvelle voie, perpendiculaire au square.

Voir les biens de ce lieu repris à l'inventaire

Sources

Ouvrages
DEROM, P., Les sculptures de Bruxelles. Catalogue raisonné, Galerie Patrick Derom, Bruxelles, 2002, p. 102.
Exposition de Bruxelles 1958. L’architecture, les jardins et l’éclairage, Mémorial officiel de l'Exposition universelle et internationale de Bruxelles de 1958, Bruxelles, 1958.
VAN KRIEKINGE, D., Essai de toponymie laekenoise, Laeken, 1995, s.p.
VAN NIEUWENHUYSEN, P., Toponymie van Laken (thèse de doctorat en Philologie germanique), UCL, Louvain-la-Neuve, 1998, p. 1227.

Périodiques
VAN DER ELST, W., «Weer een vijver… in de Prins Leopoldsquare te Laken», Laca Tijdingen, année 21, 3
, juillet 2010, pp. 28-37.