La place de la Maison Rouge est une place de forme sensiblement carrée, située au croisement de plusieurs artères: les rues du Champ de l’Église et du Tivoli y aboutissent respectivement au nord et au sud, tandis que la rue de Molenbeek la traverse d’est en ouest.

À l’origine, il ne s’agissait que d’un carrefour, déjà visible sur la carte de Ferraris, dressée en 1777. Sur ce plan y figurent déjà des propriétés bâties, dont une, au nord-est du carrefour, à l’angle des rues du Champ de l’Église et de Molenbeek. Il s’agissait d’un établissement baptisé Droothuys, abréviation de Drootbeekhuis (maison située à Drootbeek). Cette dénomination fut déformée en Rood Huis ou Maison Rouge, peut-être en raison de la couleur rouge des briques de ce cabaret champêtre, qui donna son nom au carrefour et plus tard à la place, tracée vers 1877.

Avant 1868, cette première Maison Rouge est remplacée par une nouvelle guinguette du même nom, située cette fois du côté ouest du carrefour, à l’emplacement de l’actuel no5-5a. Le cabaret, une vaste bâtisse de style néoclassique dotée d’un grand jardin à l’angle de la rue de la Comtesse de Flandre, est exploité par la famille Verhaegen jusqu’à sa vente en 1904. Le nouveau propriétaire transforme alors le jardin en terrains à bâtir et dote la façade principale du bâtiment d’un balcon sous pignon en menuiserie de style pittoresque. Le cabaret ferme ses portes vers 1909. À partir de 1912, le bâtiment accueille les Établissements Lips, spécialisés dans les coffres-forts, qui font bâtir un hangar sur le terrain voisin, au no2-4 rue de la Comtesse de Flandre. Devenu propriété de la Ville, le bâtiment est démoli dans les années 1970 et remplacé par un parking. En 2003, des logements sociaux sont érigés sur le terrain, avec passage central vers un jardin arrière.

Place de la Maison Rouge 2 et rue du Tivoli 49 (photo 2017).

Au sud-est du carrefour se trouvait la campagne De Bast, une propriété champêtre établie avant 1830 et dont la maison, l’actuel no2 de la place, est vraisemblablement un agrandissement, dans les années 1840, du bâtiment originel. En 1906, la propriété est investie par les Établissements Pierre Bogaert, spécialisés dans les «plâtres pour les Arts et l’Industrie». Dans les années 1910 et 1920 sont érigés des bâtiments en L à l’arrière de la maison, établie en retrait de l’alignement. L’ensemble, bordé d’une clôture, a été rénové dans les années 2000. Le pignon de l’habitation et un des bâtiments arrière (rue du Tivoli no49) conservent toutefois les enseignes «BOGAERT».

La place est bâtie d’habitations de style néoclassique des années 1870-1880, ainsi que d’immeubles de style éclectique des alentours de 1900, comme les nos3 et rue du Tivoli 52 (architecte Charles Vosch, 1903) ou encore l’ensemble situé à l’angle de la rue du Champ de l’Église (voir no6).
Voir les biens de ce lieu repris à l'inventaire

Sources

Archives
AVB/PP 2710 (1868).
AVB/TP 109537 (2000); 2: Laeken PV Reg. 93 (11.06.1906), Laeken 1154 (1911), 49340 (1922);
3: Laeken 5673 (1903); 5-5a: Laeken 2533 (1869), Laeken 5478 (1901), Laeken PV Reg. 80 (11.04.1904), 109891 (2000).

Ouvrages
CAPRON, V., Les guinguettes de Laeken et leur disparition, janvier 2012, pp. 20-28.
COSYN, A., Laeken Ancien & Moderne, Imprimerie scientifique Charles Bulens, Bruxelles, 1904, p. 37.
PLATTON, R., Laeken. De Nekkersdal – La Vallée des Nutons (Quartier Drootbeek), 1989-1990, pp. 62-64, 67, 71.
VAN KRIEKINGE, D., Essai de toponymie laekenoise, Laeken, 1995, s.p.
VAN NIEUWENHUYSEN, P., Toponymie van Laken (thèse de doctorat en Philologie germanique), UCL, Louvain-la-Neuve, 1998, pp. 1668-1669.

Périodiques
Almanach du Commerce et de l’Industrie, «Maison Rouge (pl. de la)», 1906, 1909, 1910, 1912.

Cartes / plans
FERRARIS, J. J. F., Carte de Cabinet des Pays-Bas autrichiens et de la Principauté de Liège, 1777.
VANDERMAELEN, Ph., Atlas cadastral du Royaume de Belgique, plan parcellaire de la commune de Laeken avec les mutations jusqu’en 1836.
POPP, P. C., Atlas cadastral de Belgique, plan parcellaire de la commune de Laeken avec les mutations, 1866.
VANDERMAELEN, Ph., Atlas cadastral du Royaume de Belgique, plan parcellaire de la commune de Laeken avec les mutations jusqu’en 1877.

Sites internet
Contrats de quartiers durables