Typologie(s)

villa isolée

Intervenant(s)

Roger DE WINTERarchitecte1967

Willem HAYENcéramiste

Styles

Modernisme

Ce bien présente l’(es) intérêt(s) suivant(s)

  • Artistique
  • Esthétique
  • Historique
  • Urbanistique

Recherches et rédaction

2018

id

Urban : 38498
voir plus

Description

Villa moderniste conçue par l’architecte Rogier De Winter pour le céramiste Willem Hayen, 1967.

Bâtiment en parallélépipède rectangle de deux niveaux. Façades en briques peintes en blanc, à éléments de béton armé à coffrage lisse (aujourd’hui peints en blanc). Façade avant percée à gauche d’une vaste baieOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. vitrée intégrant la porte d’entrée et, à droite, d’une porte de garage. Étage occupé par une fenêtre en bandeauÉlément horizontal, soit en saillie et de section rectangulaire, soit dans le plan de la façade., à partie gauche en retrait formant loggiaPetite pièce dans-œuvre, largement ouverte sur l’extérieur par une ou plusieurs larges baies non closes par des menuiseries., devancée par un balcon continuUn élément est dit continu s’il règne sur toute la largeur de l’élévation ou sur plusieurs travées. en béton à parapetUn parapet en maçonnerie est un muret servant de garde-corps. évidé à droite. Façade latérale gauche ponctuée de dalles de verre et percée d’une fenêtre en bandeauFenêtre percée sur une grande partie de la largeur de la façade et formant visuellement un bandeau. à l’arrière au rez-de-chaussée. Façade latérale droite percée d’un bandeauÉlément horizontal, soit en saillie et de section rectangulaire, soit dans le plan de la façade. de fenêtre prolongeant l’imposte de l’entrée de garage à l’avant. Fenêtre en bandeauFenêtre percée sur une grande partie de la largeur de la façade et formant visuellement un bandeau. à l’arrière au rez-de-chaussée, une haute baieOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. à l’étage. En façade arrière, porte de service à gauche, surmontée d’un balcon à parapetUn parapet en maçonnerie est un muret servant de garde-corps. accessible à droite par un escalier à marches de béton en porte-à-faux, sans contremarches, encastrées dans la façade; rampe métallique. Le balcon devance les fenêtre et porte de la cuisine. Décor de céramique signé «W. Hayen»: deux panneaux ornant le parapetUn parapet en maçonnerie est un muret servant de garde-corps. des balcons – surface rugueuse ponctuée de cratères à l’avant, composition cinétique représentant la course d’un athlète à l’arrière. Tableau coloré sur le mur de la loggiaPetite pièce dans-œuvre, largement ouverte sur l’extérieur par une ou plusieurs larges baies non closes par des menuiseries. à l’étage. Numéro de la maison sur fond de requin et cygne affrontés – références aux noms des propriétaires, haai (requin) pour Hayen, zwaan (cygne) pour Zwaenepoel, son épouse. ChâssisPartie en menuiserie d'une fenêtre. métalliques à l’origine, remplacés.
Clôture du jardinet renouvelée.

À l’intérieur, à gauche, deux halls superposés, desservis par un escalier en vis à noyau et marches en porte-à-faux, sans contremarches, en bois exotique. Rampe et tirants métalliques. Dallage de pierre au rez-de-chaussée. À l’arrière du hall, vestiaire et WC, suivis d’un bureau. À droite, long espace à usage de garage, qui servit d’atelier au céramiste. À l’étage, hall suivi de la salle de bain et de la chambre. À droite, séjour à l’avant, cuisine à l’arrière.

Sources

Archives
AVB/TP 82526 (1967).

Périodiques
DILLEN, J., «Beeldhouwwerk en versieringskunst in Laken. Gevelversieringen II», LACA Tijdingen, 2, année 5, décembre 1993, pp. 28-30.

Arbres remarquables à proximité