L’avenue Mutsaard relie le rond-point formé avec les avenues de Meysse, de la Croix-Rouge et des Pagodes à celui formé avec la chaussée Romaine. Elle croise sur son parcours les avenues du Forum et de la Brise puis l’avenue Wannecouter, à hauteur de laquelle elle forme un léger coude vers l’ouest. Au-delà de la chaussée Romaine, l’avenue est prolongée par la Strombeeklinde.

Prévu dès 1905, le tracé de l’avenue est validé par l’arrêté royal du 17.08.1906. Dénommée avenue Nouvelle, elle doit alors débuter en courbe dans le bas de la rue De Wand et s’étendre jusqu’à Strombeek. Par décision du Conseil communal du 16.03.1914, le tracé de l’amorce de la future avenue est revu pour débuter en droite ligne depuis l’avenue de Meysse. Ce n’est toutefois que vers 1935 qu’une première partie du premier tronçon de l’artère est percé, suivant un alignement fixé par arrêté royal du 19.11.1934. Le reste de l’avenue ne sera ouvert qu’après 1953.

L’artère fut baptisée en même temps que l’avenue des Pagodes, par arrêté du Collège de la Ville de Bruxelles du 06.09.1935. Son nom fait référence au hameau dit Mutsaard, qui s’étendait historiquement sur Laeken et Neder-Over-Heembeek, mais également sur Strombeek et Vilvorde. À la frontière entre les quatre entités était implantée, au XVIIIe siècle, une auberge dite Den groenen Mutsaert, le fagot de bois vert en néerlandais. Développé à partir du début du XXe siècle, le quartier du Mutsaert était limité côté Laeken par la chaussée Romaine au nord et l’avenue de Meysse à l’ouest.

Le premier tronçon de l’avenue est principalement composé de maisons bourgeoises et de petits immeubles de rapport d’inspirations Art Déco ou Beaux-Arts, conçus entre 1935 et 1938. Pointons, parmi eux, les nos18 et 20 (architecte Émile Lorenz, 1938-1939), 24 (architecte P. A. Vanbeginne, 1939) et 28 (architecte Arthur Manne, 1938). L’édification de l’artère se poursuit ensuite à partir de 1949. Dans le premier tronçon, il s’agit essentiellement de maisons de type bel-étage ou d’immeubles de rapport modernistes, comme le no42 (architecte Paul Depraetere, 1956). Les deuxième tronçon côté pair et troisième tronçon côté impair accueillent chacun, quant à eux, deux barres de logements. Les nos70-74 et 76-80 font partie du Parc du Forum, un complexe de six barres de logements entourées de pelouses plantées d’arbres, conçu en 1963 par l’architecte Jacques Cuisinier et le Groupe Urbanisme pour la Société de Promotion pour l’Aménagement du Quartier du Forum. Seules trois barres furent finalement dessinées par le Groupe Urbanisme (architecte Jean-Florian Collin), pour la société Etrimo, les deux immeubles de l’avenue Mutsaard et le no1-5 avenue du Forum, respectivement en 1964, 1966 et 1965. Les autres furent érigés dans les années 1970. Quant aux nos73-73a et 75-77, qui occupent tout l’îlot limité par la chaussée Romaine, la rue Gustave Demanet et l’avenue Wannecouter, ils sont signés en 1964 par l’architecte Jacques Mignolet pour la société Amelinckx. La fin de l’avenue côté impair accueille, elle, des villas des années 1970.

Pointons, dans l’îlot formé par l’avenue Wannecouter et la rue Gustave Demanet, les anciennes Écoles primaires nos34 et 35, aujourd’hui École primaire Reine Astrid, dont l’origine remonte à 1906 (voir nos69 à 71). Du même côté, dans le premier îlot, se trouve au no25, un bâtiment préfabriqué conçu vers 1955, qui abrite une crèche de la Ville de Bruxelles liée à l’école maternelle Reine Astrid située au no22 de la rue De Wand.
Voir les biens de ce lieu repris à l'inventaire

Sources

Archives
AVB/AR rues, boite 20-24, cote 24, no16 (
06.09.1935).
AVB/TP 57102 (1904-1916), 76971 (1936-1961), 78028 (1951-1954); 18: 52310 (1939); 20: 51140 (1938); 24: 51141 (1939); 25: 79262 (1954-1955); 28: 52305 (1938); 42: 70281 (1956); 70-74, 76-80: 74944 (1963); 70-74: 82030 (1964); 73-73a, 75-77: 85359 (1964); 76-80: 82790 (1966).

Ouvrages
VAN KRIEKINGE, D., Essai de toponymie laekenoise, Laeken, 1995, s.p.
VAN NIEUWENHUYSEN, P., Toponymie van Laken (thèse de doctorat en Philologie germanique), UCL, Louvain-la-Neuve, 1998, pp. 1490-1491.
VERHAEGHE, L., 8 x Mutsaard-Laken, Gemeenschapscentrum Heembeek-Mutsaard, Bruxelles, 2006, pp. 8-9.

Périodiques
VANHUYSE, A., «De Mutsaard: van grenzen gesproken», Laca Tijdingen, 1, année 13, septembre 2001, pp. 3-10.