L’avenue Impératrice Charlotte est une artère légèrement courbe qui relie le carrefour formé par la place de Belgique, le boulevard du Centenaire et l’avenue de Miramar, à l’avenue Houba de Strooper, où elle rejoint l’avenue des Magnolias.

L’avenue a été tracée en vue de l’Exposition universelle et internationale de Bruxelles 1935, dont le plan général fut dressé par les ingénieurs P. Gillet et Lefèvre, en collaboration avec l’architecte en chef Joseph Van Neck. Son alignement fut décrété par arrêté royal du 24.09.1931. Elle fut d’abord baptisée avenue Charlotte par arrêté du Collège de la Ville de Bruxelles du 07.03.1930, une dénomination modifiée en Impératrice Charlotte par celui du 05.06.1934. Tout comme les avenues de Miramar et de Bouchout, ce nom évoque le souvenir de la princesse Charlotte, sœur du roi Léopold II, impératrice éphémère du Mexique, commanditaire avec son époux du château de Miramar près de Trieste et décédée au château de Bouchout en 1927. Durant l’Expo 58, l’artère fut rebaptisée avenue des Attractions, accessible par la porte du même nom.

L’avenue longe, au nord, les palais d’exposition ouest (voir place de Belgique), un hôtel des années 1980 puis l’ancienne École communale no30, aujourd’hui École primaire et maternelle des Magnolias, conçue par l’architecte J. Opdenberg et inaugurée le 11.10.1978 (nos2 – avenue des Magnolias 1, 7).

Au sud, l’avenue borde la station de métro Heysel, inaugurée en 1985 et agrandie en 1998 lors du prolongement de la ligne jusqu’à la station Roi Baudouin. À cet emplacement se trouvait l’aire de terminus de la ligne de tramways créée pour 1935 en tranchée sous les avenues du Gros Tilleul et de Bouchout. Pour la station Heysel, les architectes, Maxime Brunfaut, Jean F. Petit et Richard von Vittorelli, avaient proposé une imposante superstructure à flèche et câbles tendus, dont la construction ne fut toutefois pas approuvée.

L’avenue longe ensuite le stade Roi Baudouin, au pied duquel a été érigée la Crèche Gabrielle Petit (no1), un bâtiment basse énergie conçu par le bureau d’architecture R²D² pour la Ville de Bruxelles en 1999. Elle remplace une crèche conçue en 1957 sur la même parcelle. Enfin, sur le terrain compris entre l’avenue Houba de Strooper et la rue du Disque, ont été aménagés en 1956 deux terrains de football destinés aux entraînements en vue des matchs disputés dans le stade. Ils furent dotés en 1971 d’un pavillon de plan en croix à usage de vestiaires (no24), conçu en 1965 par l’architecte Jean Rombaux.

Voir les biens de ce lieu repris à l'inventaire

Sources

Archives
AVB/AR rues, boite 20-24, cote 22, no16 (07.03.1930); cote 24, no2 (05.06.1934).
AVB/TP 78419 (1951-1952), 96160 (1985), 106775 (1995); 1: 72798 (1957); 2: 82952 (1969), 87010-87011 (1975); 24: Stade du Heysel, Divers, 79071 (1954-1964).

Ouvrages
VAN NIEUWENHUYSEN, P., Toponymie van Laken (thèse de doctorat en Philologie germanique), UCL, Louvain-la-Neuve, 1998, pp. 679-680, 1185-1186.

Sites internet
www.r2d2architecture.be.