Reliant la Porte Louise au bois de La Cambre, l'avenue relève du territoire de Bruxelles, à l'exception de sa partie dénommée «goulet Louise», qui dépend de Saint-Gilles et d'Ixelles (nos24 à 52), le territoire de Bruxelles étant à cet endroit limité à la voirie.

L'avenue s'inscrit dans le développement du Quartier Louise. En 1839, Jean-Philippe De Joncker et Jean-Baptiste Jourdan, deux promoteurs immobiliers, reçoivent l'autorisation d'établir un nouveau quartier sur les territoires d'Ixelles et de Saint-Gilles et d'ouvrir une nouvelle porte de ville. C'est l'actuel «goulet», accompagné sur Saint-Gilles d'un petit damier de six îlots orthogonaux (rues De Joncker, Jourdan et Jean Stas). Ce plan, remanié par l'inspecteur des faubourgs Charles Vanderstraeten, est ratifié par l'arrêté royal du 31.08.1840. À partir de cette réalisation, l'idée d'une avenue reliant la ville au bois de La Cambre se fait tout naturellement, via le goulet. Dès 1844, ces mêmes promoteurs présentent des plans pour une avenue monumentale. La concession leur est accordée en 1851. Alors que le goulet et les rues adjacentes se construisent rapidement, les travaux de l'avenue elle-même traînent tellement que le gouvernement déchoit les promoteurs, en 1856, de leur concession. Malgré des discussions et d'autres projets présentés pour la nouvelle avenue, c'est finalement le projet de De Joncker, revu par l'ingénieur Maximilien Carez, qui est définitivement adopté par l'arrêté royal du 11.01.1859, à charge de la Ville de Bruxelles de le réaliser.

Avenue Louise 22, 24 et 26 (photo 2009).

Le nom de l'avenue rend hommage aussi bien à la première reine des Belges, Louise-Marie (1812-1850) qu'à la princesse Louise (1858-1924), fille de Léopold II (1835-1909. Cette appellation remonte à la construction du goulet vers 1840, quelques années après le mariage royal (1832). Durant les négociations pour le prolongement de l'avenue vers le bois naquit la princesse Louise (1858).
Par la loi du 21.04.1864, la nouvelle avenue est incorporée au territoire de Bruxelles-Ville, de même que le bois de la Cambre et des territoires annexes sur une largeur variant entre 40 et 100mètres. (Pour plus d'informations, se référer à l'Inventaire de Bruxelles-Extension Sud, PDF Avenue Louise).

Avenue Louise 28 et 30 (photo 2009).

Sur le territoire d'Ixelles, les premiers bâtiments apparaissent vers 1840, avec une phase de construction particulièrement intense dans les années 1870. Il s'agit principalement de maisons bourgeoises et d'hôtels de maître relevant du néoclassicisme, de composition symétrique et de deux ou trois niveaux. À partir des années 1930, ils sont transformés en magasins, et régulièrement rénovés. C'est le cas, par exemple, des nos22, 24 et 26, un ensemble symétrique de trois maisons bourgeoises de 1871 (selon De Keyser, G., 1996), aux façades en pierre blanche rehaussées de pierre bleue, avec travée centrale exaltée par un fronton, fortement transformées aux deux premiers niveaux. Aux nos28, 30, ensemble de deux maisons bourgeoises avec façades en pierre blanche rehaussées par les encadrements des fenêtres en pierre bleue, du dernier quart du XIXe siècle. La façade du n°28 fut recimentée plus tard.

Avenue Louise 48-48A (photo 2009).

Le n°48-48A était un ancien hôtel de maître, de composition symétrique de cinq travées, remontant au dernier quart du XIXe siècle et caractérisé par des encadrements de fenêtres en pierre bleue, moulurés et à crossettes, une travée centrale en ressaut et d'imposants entablements à guirlandes et fronton courbe. Ses deux premiers niveaux furent endommagés par l'extension du magasin (suppression du balcon continu, etc.). Au n°48B-50-50A-50B, un sobre hôtel de maître de quatre travées, remonte au dernier quart du XIXe siècle et se caractérise par des encadrements de fenêtres moulurés à crossettes et des entablements; ses deux premiers niveaux furent également transformés par l'extension de l'espace de vente. Enfin, à l'angle de l'avenue avec la place Stéphanie, au n°52, un large immeuble de rapport de style Art Déco, est conçu par l'architecte Achille Michel, en 1934, par ailleurs auteur du bâtiment sur l'angle opposé (se référer à l'Inventaire de Saint-Gilles, avenue Louise n°49).
Voir les biens de ce lieu repris à l'inventaire

Sources

Archives
ACI/Urb. 22: 214-22-22°; 24: 214-20; 26: 214-26; 48A-50-50A-50B: 214-48-50; 52: 214-52.
ASG/Urb. 20 à 24: 1404-20 à 24.
ACI/TP 214.
ACI/TP Historique des rues (1925).