Courte artère reliant les rues Véronèse et Le Titien, la rue de l'Étendard est ouverte suivant le plan d'aménagement du quartier Nord-Est, dessiné par l'architecte Gédéon Bordiau et approuvé par l'arrêté royal du 20.12.1875. À l'instar de ses voisines, la rue apparaît cependant encore en pointillés sur le plan de Bruxelles réalisé par l'Institut cartographique militaire en 1881.

 

L'artère porte un nom historique, tout comme la plupart des voiries du quartier, baptisées en lien avec l'histoire du jeune État belge ou celle, plus ancienne, des régions dans lesquelles il se situe. Adoptée par arrêtés du Collège de la Ville de Bruxelles des 14.04 et 15.05.1877, sa dénomination renvoie aux Gueux, une confédération de nobles des Pays-Bas, qui levèrent l'étendard de la révolte contre l'Espagne sous le règne de Philippe II.

La rue est principalement bâtie de maisons de style éclectique ou d'inspiration néoclassique, conçues entre 1893 et 1908. Dessiné en 1901 par l'architecte Édouard Ramaekers, un ensemble de quatre maisons occupe les deux extrémités du côté impair de la rue (voir no 1 rue de l'Étendard – 18a rue Véronèse, no 3 rue de l'Étendard, no 13 rue de l'Étendard et no 15 rue Le Titien). Certaines constructions ont été transformées ou reconstruites ultérieurement (voir nos 11 et 14). Au no 4, l'architecte Robert Crignier transforme ainsi pour son propre compte, en 1924, une maison de 1894 en immeuble de rapport. À l'angle de la rue Véronèse, où il porte le no 16, un immeuble de rapport de 1898 a été agrandi vers la rue de l'Étendard (architecte Cornelis Herman, 1991).
Voir les biens de ce lieu repris à l'inventaire

Sources

Archives
AVB/TP 4 : 10812 (1894), 30925 (1924) ; 16 rue Véronèse : 105283 (1991).
AVB/Bulletin communal de Bruxelles, 1877, t. I, p. 316.
AVB/PP 953 (1875), 956-957 (1879).

Cartes / plans
Bruxelles et ses environs, Institut cartographique militaire, 1881 (Bibliothèque royale de Belgique, Section Cartes et Plans).