Reliant la r. des Tongres à la r. de la Duchesse, elle forme à l'origine, avec la r. de Linthout, une longue route longeant la lisière du bois de Linthout qui sépare les communes d'Etterbeek et de Woluwe-Saint-Lambert et qui, à la hauteur de l'act. r. Rasson (sur Schaerbeek), aboutit à la Keizerstraat, la route de Tervueren à travers le bois de Linthout (act. r. Charles Quint).
Jusqu'en 1944, elle constitue un tronçon de l'act. r. Gérard, l'anc. Boschstraet. Sur un plan daté de 1898, un important bâtiment isolé occupe une partie des terrains compris entre la r. des Trévires et la r. des Ménapiens. Cette grande propriété est démolie après la Seconde Guerre mondiale et remplacée par un immeuble tour.

Cette artère porte aujourd'hui le nom d'un habitant de la commune, professeur à l'université catholique de Louvain et défenseur des patriotes traînés devant les tribunaux militaires allemands. Il est enlevé et assassiné par les rexistes dans la nuit du 23 au 24 août 1944. Une chapelle a été édifiée sur les lieux du crime à Wambeek.

Étant à cheval sur Etterbeek et Woluwe-Saint-Lambert, seul le côté impair est etterbeekois, excepté le dern. tronçon qui appartient entièrement à la commune. Les r. des Ménapiens, des Trévires et des Morins y aboutissent.

Le côté impair présente un ensemble de maisons de deux à quatre niveaux et généralement deux travées sous bâtière. La plupart des constructions, bâties dans le style traditionnel du début du XXe s., sont enbriques, excepté l'immeuble élevé à l'angle de la r. des Ménapiens dont la façade enduite à faux-joints est d'inspiration néoclassique (Nos 25-27, 1906). Le ler tronçon reçoit, dès l'origine, une fonction essentiellement commerciale comme en témoignent les nombreux magasins aménagés aux r.d.ch. (ex : no 3, 1912).
La rue compte quelques ensembles de maisons identiques ou semblables comme les nos 61 et 63 (1906) ou 65 et 67 (1906).
Un atelier d'artiste est construit au no 73 (1956, arch. J.-P. JANSS).
Voir les biens de ce lieu repris à l'inventaire

Sources

Archives

ACEtt/TP 488, 1065, 18690 (1906), 2666 (1907), 2891 (1912), 2444 (1956).
RC 1948, p.112.

Ouvrages
MEIRE, R. J., Histoire d'Etterbeek, Musin, Bruxelles, 1981, p. 124.

Cartes / plans
1639. LAURIN, L., Cartes de la forêt de Soignes (AGR, Cartes et plans manuscrits no 715 et 718; voir aussi la très bonne copie réalisée en 1722: ibidem, no 719).
Cartes de la forêt de Soignes de Lambert Laurin (1722).