De la r. de la Pacification à la r. Willems, cette artère est déjà présente sous l'Anc. Régime.

Elle avait alors l'aspect d'un chemin arboré longeant l'auberge « le roi d'Espagne » et conduisant à la propriété dite t'Casteeltjen. Cette propriété à laquelle on accédait par une digue se trouvait au millieu d'un petit étang ; constituée au XVIe s. par un ensemble de pavillons d'où émergeait une tour, on la retrouve au déb. du XVIIIe s. sous l'aspect d'un bâtiment de deux niveaux et sous bâtière. Cette construction disparut au déb. du XIXe s. lors de l'urbanisation du quartier.

Sur le plan Popp (v. 1860), la rue figure comme une impasse de la r. de la Pacification, appelée allée de Mon Loisir, plus tard av. de Mon Loisir.

Rue de Bruyn, côté pair (photo 1993-1995).
Rue de Bruyn, côté pair (photo 1993-1995).

Bâtie entre 1867 et 1879, à la demande de MM. Allart et de Bruyn, propriétaires des parcelles, et rebaptisée du nom de ce dernier en 1878, la rue présente, côté pair, des façades modestes de caractère néoclassique qui forment un ensemble homogène, bien que plusieurs d'entre elles aient perdu leur enduit d'origine. Chacune de trois niveaux et deux travées sous bâtière de tuiles, à l'exception du no 8 présentant trois travées et deux niveaux plus un à l'entablement. Aux nos 10 à 14 et 18 à 24, ensembles de maisons identiques, à l'origine enduites, de deux travées et trois niveaux, construites en 1877, à l'exception du no 24 datant de 1886. Aux nos 26 à 30, ensemble de trois maisons construites en 1879. Caractéristiques identiques à l'ensemble précédent, mais adoptant un rythme opposé. Seconds niveaux marqués par des balconnets continus avec garde-corps en fonte, le no 28 conservant au r.d.ch. des contrevents à panneaux de bois. À l'angle de la r. de la Pacification, les nos 2 à 6 sont démolis en 1974 et remplacés par un mur clôturant le jardin de la maison située au no 34 r. de la Pacification.

Le côté impair, loti entre 1859 et 1897, présentait à l'origine des bâtiments de caractère identique, tous démolis en 1966 lors de l'aménagement de la pl. St-Josse et la construction de l'immeuble tour « Pacific » en 1967-1968 par l'arch. Michel BARBIER.
Voir les biens de ce lieu repris à l'inventaire

Sources

Archives
AGR Cartes et plans manuscrits, no 219.
ACSJ/Urb./TP 543 (1867), 1993 (1877), 2335 (1879), 3234 (1886), 16036 (1966).

Ouvrages
CABUY, Y., DEMETER, S., LEUXE, F., Atlas du sous-sol archéologique de la Région bruxelloise : 6 Saint-Josse-ten-Noode, Ministère de la Région de Bruxelles-Capitale, Bruxelles, 1994, p. 44.