La pl. de la Constitution est tracée suivant l'AR du 17.05.1864, face à l'entrée principale de la 1re gare du Midi (voir av. Fonsny 47, 48, 49).

Son nom fait référence à la Constitution belge, adoptée le 7 février 1831. À l'origine, la place est également communément dénommée « place du Midi » ou « place de la nouvelle station du Midi ». Elle est en partie aménagée sur le remblai d'un bastion en éperon de la 1re enceinte, dit « demi-lune de Saint-Jean ». Celle-ci servait à l'époque de pré de séchage pour les manufactures d'indiennes du riche industriel et financier Frédéric-Chrétien Basse.

Les travaux d'aménagement de la place débutent en 1869, pour se terminer en 1877.

L'aménagement originel de la place a aujourd'hui disparu. Au beau milieu de celle-ci existait un square rectangulaire divisé par deux allées au croisement desquelles se situait une fontaine. Latéralement, ce square était longé par deux autres allées, plantées d'arbres. Le bâti était concentré dans deux îlots triangulaires implantés symétriquement de part et d'autre de la place, l'un bordé par l'av. de la Porte de Hal et l'autre par le bd Jamar. Les maisons situées sur le pan coupé formant l'angle entre le bd Jamar et l'actuel bd Poincaré avaient également leur adresse sur la place.

La suppression de l'ensemble de l'aménagement de la place est décidée en 1910 pour l'établissement de la jonction Nord-Midi. Un viaduc, dit « pont du Midi », divisera désormais la place en deux. Les travaux débutent en 1911. Le soubassement du futur viaduc est à peine établi que les travaux sont interrompus par la guerre de 1914-1918, pour ne reprendre qu'en 1936 et s'achever dans les années 1950 (voir av. Fonsny 47, 48, 49).

Dans le cadre de l'implantation de la gare TGV au début des années 2000 (voir av. Fonsny 47, 48, 49), la partie nord-ouest de la pl. de la Constitution est annexée au bd de l'Europe et renommée esplanade de l'Europe (voir esplanade de l'Europe). La pl. de la Constitution est depuis lors confinée au sud-est du chemin de fer, dans le prolongement de l'av. Fonsny. Par ailleurs, les maisons situées sur le pan coupé séparant les bd Poincaré et Jamar sont annexées à ce dernier (voir nos 1, 1a, 1b, 1c, 1d bd Jamar).

Dès la fin des années 1860, la place est bordée de bâtiments d'esprit néoclassique, à usage d'hôtel, de restaurant ou de café. La plupart des r.d.ch. sont dotés d'une marquise. Côté pair se dressent, dès les 1res années du XXe s., deux vastes hôtels : l'Hôtel de la Providence (voir r. de l'Argonne 18) et l'Hôtel de l'Espérance, remplacé en 1953 par un vaste immeuble à appartements (voir no 2-16).

Voir les biens de ce lieu repris à l'inventaire

Sources

Ouvrages

DEMEY, T., Bruxelles, histoire d'une capitale en chantier, CFC éd., Bruxelles, 1990, t. 2, p. 205.
DUBREUCQ, J., 1997, pp. 75-84.
GOMBERT, C., et al., Saint-Gilles. Guides des communes de la Région Bruxelloise, Guides CFC-Éditions, Bruxelles, 2004, p. 13.
Saint-Gilles. Ensembles urbanistiques et architecturaux remarquables, ERU asbl, Bruxelles, 1988, pp. 24-25.

Divers
CHDStG.
Collection de Dexia Banque.