Rue partagée entre les territoires de Bruxelles (nos impairs) et d'Ixelles (nos pairs) et reliant la place Stéphanie à la rue de la Concorde.

La rue est tracée suivant l'arrêté royal du 24.05.1846, modifié par celui du 27.08.1861. Son nom rappelle une des tours de l'enceinte de Bruxelles, appelée aussi Wollendries Toren. Située place Louise, à l'entrée de l'actuel goulet de l'avenue Louise, cette « Grosse Tour », haute de près de 40 mètres, fut démantelée en 1807.

Parallèle à l'avenue Louise, la rue de la Grosse Tour apparaît, sur sa section bruxelloise, comme une coulisse de celle-ci, majoritairement constituée de garages et d'annexes. La physionomie de la rue a suivi les changements imprimés à l'avenue Louise au cours du temps. Dans sa première phase de construction, qui débute rapidement vers 1865, la rue est constituée de bâtiments bas à usage de remises ou d'écuries, au milieu desquels émergent aussi quelques maisons bourgeoises, relevant pour la plupart du néoclassicisme. Il en reste quelques exemples aujourd'hui, transformés ou non (voir notices). L'architecte François De Vestel habitait au no 11, qu'il a probablement fait construire dans les années 1860, tout comme le no 13.

Aujourd'hui, la rue présente le même visage bouleversé que l'avenue Louise. Les bâtiments de la première phase de construction ont été progressivement remplacés par des bâtiments de gabarit important, de style moderniste ou brutaliste, à usage de lieux de stockage ou de parkings. Citons, parmi les exemples les plus intéressants, les nos 1 et 3, de style moderniste, construits en deux phases par l'architecte H. Snyers, respectivement en 1948 et en 1954 (voir aussi le no 62 avenue Louise), et le no 23, sur parcelle traversante avec les nos 82 et 84 avenue Louise, bâtiment moderniste, architecte René Stapels, 1972, doté d'une intéressante façade arrière et relié aux maisons de l'avenue Louise par un jardin jouant sur le dénivelé entre les deux artères.

La rue est soumise au plan particulier d'aménagement (PPA) approuvé par l'arrêté royal du 07.07.1970, et portant sur l'avenue Louise et ses rues adjacentes.
Voir les biens de ce lieu repris à l'inventaire

Sources

Archives
AVB/TP 1 : 59155 (1948) ; 3 : 63508 (1954) ; 5 : 1231 (1904), 92233 (1989) ; 23 : 84138 (1972).
AVB/PP 1544 (1862).
ACI/TP Historique des rues (1925).

Ouvrages
Duquenne, X., L'avenue Louise à Bruxelles, Xavier Duquenne éd., Bruxelles, 2007.
Ixelles. Ensembles urbanistiques et architecturaux remarquables, ERU ASBL, Bruxelles, 1990, pp. 71-72.