Rue reliant la rue Keyenveld à l'angle aigu formé par la rue de la Longue Haie et l'avenue Louise. Sa majeure partie relève de la commune d'Ixelles. Seuls quelques numéros adjacents à l'avenue Louise se situent sur Bruxelles (nos 59 à 67 et 68 à 74).

Son tracé est ratifié, à l'instar d'autres rues du quartier Louise, par l'arrêté royal du 31.08.1840. Anciennement dénommée rue de l'Union, la rue reçoit son nom actuel en séance du Conseil communal de Bruxelles du 03.05.1864. En 1869, au no 68, on détruit « l'allée verte », une impasse « sans égout, ni puits », sans doute par peur des épidémies de choléra, mais aussi parce que, dans la mouvance de la construction de l'avenue Louise, le quartier change de standing.

Le côté impair de la rue a conservé sa physionomie néoclassique, brisée par un petit bâtiment éclectique (no 65), de 1907-1908 (architecte William Defontaine), conservant une logette en bois et un coquet entablement scandé d'aisseliers et malheureusement percé d'un magasin en 1977. Ce bâtiment a été édifié pour servir de siège à l'« Université nouvelle de Bruxelles », institution issue d'un schisme avec l'Université libre de Bruxelles. Plus moderne et plus démocratique que cette dernière, cet établissement, qui bénéficia de l'enseignement de grandes personnalités intellectuelles et progressistes (E. Reclus, E. Vandervelde, P. Janson, etc.), perdura de 1894 au lendemain de la Première Guerre mondiale.

Par ailleurs, la rue de la Concorde est soumise au plan particulier d'aménagement (PPA) approuvé par l'arrêté royal du 07.07.1970, portant sur l'avenue Louise et ses rues adjacentes.
Voir les biens de ce lieu repris à l'inventaire

Sources

Archives
AVB/PP 1552.
AVB/TP 65 : 394 (1907-1908), 93689 (1977) ; 68 : 9535 (1869).
ACI/TP Historique des rues (1925).

Ouvrages
Ixelles. Ensembles urbanistiques et architecturaux remarquables, ERU ASBL, Bruxelles, 1990, pp. 71-72.
Uyttebrouck, A., Despy-Meyer, A. (dir.), Les cent-cinquante ans de l'Université libre de Bruxelles (1834-1984), Université Libre de Bruxelles éd., Bruxelles, 1984, pp. 22-23.